Go to main content
iamge nouvelles
2023-02-27 Éric Fourlanty

Grands maîtres sans (1), semaine 10

Sidney Lumet et Masaki Kobayashi composent l’avant-dernier duo de cinéastes éligibles à ce qu’un de leurs films obtienne la cote (1). La semaine prochaine, nous vous présenterons un ultime tandem, bonus d’une série de 10 articles.

Né à Philadelphie en 1924, Sidney Lumet grandit à Manhattan, dans une famille travaillant dans le théâtre yiddish – son cinéma sera d’ailleurs profondément new-yorkais et plus de la moitié de ses films auront des origines théâtrales.

Dès l’enfance, il est acteur, sur scène et à l’écran, puis, après avoir passé quatre ans dans l’armée américaine lors de la Seconde Guerre mondiale, il devient metteur en scène et professeur à Broadway et s’implique dans les débuts de l’Actors Studio.

En 1950, Sidney Lumet débute comme réalisateur pour la télévision, alors en plein essor. Sept ans plus tard, il signe son premier long métrage, Twelve Angry Men et, pendant plus de 40 ans, il réalisera près d’un film par année, tantôt passable (The Appointment), parfois marquant (Pawnbroker) et souvent remarquable (Dog Day Afternoon).

Directeur d’acteurs apprécié, conteur hors-pair et metteur en scène énergique, Sidney Lumet est probablement un des cinéastes américains les plus sous-estimés, ayant toujours mis son talent au service de l’histoire.

Né en 1916 sur l’île de Hokkaido, au nord du Japon, Masaki Kobayashi étudie l’art et la philosophie, avant de devenir assistant-réalisateur pour les studios Shochiku. Après quatre ans d’interruption pendant la guerre, il reprend sa carrière et signe son premier film, Cœur sincère, à 37 ans.

À la fin des années 50, il réalise son oeuvre-maîtresse, la trilogie La condition humaine. Par la suite, il sera deux fois récipiendaire du Prix du jury au Festival de Cannes, pour Hara-Kiri et Kwaïdan, ce dernier étant aussi en nomination pour l’Oscar du meilleur film étranger en 1965.

Un peu éclipsé par son contemporain, et ami, Kurosawa, et, aujourd’hui quelque peu oublié, Kobayashi reste un grand cinéaste, humaniste et formaliste.


La règle du jeu
Parmi les 81 000 longs métrages répertoriés dans la banque de données de Mediafilm, 167 sont cotés (1) - Chef-d'œuvre, 508, cotés (2) - Remarquable et 4411, cotés (3) - Très bon. Mais plusieurs grands maîtres du cinéma n’ont aucun chef-d’oeuvre dans leur filmographie. Dans les prochaines semaines, nous vous présenterons des cinéastes marquants et dont l'oeuvre est complète. Nous vous invitons à nous faire part de vos suggestions de films qui, selon vous, devraient obtenir la cote suprême, parmi ceux des cinéastes choisis ou d’autres maîtres du 7e art. Important : il faut que ces films soient déjà cotés 2 ou 3 et qu’ils aient été réalisés il y a au moins 20 ans, donc en 2003 ou avant.

Sidney Lumet (1924-2011)

FICHES RÉCENTES

Masaki Kobayashi (1916-1996)

FICHES RÉCENTES
  • Cinéma

    77e Festival de Cannes : le palmarès est dévoilé

    Le 77e Festival de Cannes se clôt avec le dévoilement d’un palmarès qui couronne le long métrage Anora du cinéaste Sean Baker.

    Publié le 25 mai 2024

    Cinéma

    77e Festival de Cannes : le palmarès est dévoilé

    Le 77e Festival de Cannes se clôt avec le dévoilement d’un palmarès qui couronne le long métrage Anora du cinéaste Sean Baker.


    Publié le 25 mai 2024
  • Portraits

    Richard Linklater : retour dans le temps

    Avec Hit Man, son 22e long métrage de fiction, le touche-à-tout texan Richard Linklater signe une comédie sentimentale à l’accent… d’un film de gangsters. Survol (pour l’occasion) d’une carrière faste.

    Publié le 22 mai 2024

    Portraits

    Richard Linklater : retour dans le temps

    Avec Hit Man, son 22e long métrage de fiction, le touche-à-tout texan Richard Linklater signe une comédie sentimentale à l’accent… d’un film de gangsters. Survol (pour l’occasion) d’une carrière faste.


    Publié le 22 mai 2024
  • Festivals

    7 choses entendues à la conférence de presse du film … The Apprentice

    Après Border et Holy Spider, récompensés à Cannes, Ali Abbasi effectue un retour controversé sur la Croisette avec The Apprentice, retraçant l'ascension de Donald Trump dans l’immobilier new yorkais des années 1970 et 1980.

    Publié le 21 mai 2024

    Festivals

    7 choses entendues à la conférence de presse du film … The Apprentice

    Après Border et Holy Spider, récompensés à Cannes, Ali Abbasi effectue un retour controversé sur la Croisette avec The Apprentice, retraçant l'ascension de Donald Trump dans l’immobilier new yorkais des années 1970 et 1980.


    Publié le 21 mai 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.