Go to main content
iamge nouvelles
2024-03-20 Martin Bilodeau

7 femmes d’affaires au cinéma

Pomme, qui joue (très bien) une aspirante tradeuse dans La Vénus d’argent, en salle cette semaine, nous a donné l’envie de tracer la généalogie des femmes d’affaires dans le cinéma des 50 dernières années.

A priori, rien ne rapproche Claire Pommet (la chanteuse Pomme) de Melanie Griffith.

Pourtant, à 35 ans d’écart, elles ont toutes deux joué au cinéma le rôle d’une aspirante courtière en bourse, issue d’un milieu modeste, résolue à abattre les obstacles érigés devant elle pour accéder au monde des affaires.

La première, dans La vénus d’argent, d'Héléna Klotz, en salle cette semaine, s’appelle Jeanne Francoeur. Autodidacte surdouée, elle a été élevée sur une base militaire. La seconde, dans Working Girl (1988), du regretté Mike Nichols, s’appelle Tess McGill. Elle vit à Staten Island et a acquis sa “bosse des affaires” dans des cours du soir et des emplois de secrétaire à Wall Street.

Qu’est-ce que le cinéma nous a révélé sur la place des femmes dans le bastion des hommes en cravate? Voici sept figures de femmes d’affaires ayant marqué le cinéma au cours des cinq dernières décennies.

Hanna Schygulla dans Le mariage de Maria Braun (1978)

À travers le destin de Maria Braun, maîtresse d’un industriel qu’elle va finir par dominer, c'est toute l'histoire de l'Allemagne d'après-guerre et du miracle économique qu'évoque Rainer Werner Fassbinder (Lili Marleen, Le secret de Veronika Voss) dans ce chef-d’œuvre porté par la composition d’Hanna Schygulla.

Romy Schneider dans La banquière (1980)

Francis Girod a renoué avec sa vedette du Trio infernal pour défendre dans ce thriller campé dans les années 1930 une banquière au service des petits épargnants, qui se retrouve la cible de concurrents plus rapaces. «La figure centrale de l'héroïne est nimbée d'un certain romantisme, quand ce ne serait qu'à cause du charme et de l'abattage de Romy Schneider», écrivait Robert-Claude Bérubé à l’époque de la sortie en salle de La banquière.

Jane Fonda dans Rollover (1981)

Dans cette semi-réussite d’Alan J. Pakula (All the President’s Men, Sophie’s Choice) apparue sur les écrans en pleine crise du pétrole, l’actrice doublement oscarisée (pour Klute et Coming Home) joue l’épouse naïve d’un homme d'affaires assassiné, qui se retrouve forcée de reprendre le contrôle de son entreprise dans la mire de sheiks malveillants.

Stockard Channing dans The Business of Strangers (2001)

Entièrement campé dans des lobbys d’hôtel, salles d’attente d’aéroports et corridors de tours à bureaux, ce petit film méconnu de Peter Stettner raconte les jeux de pouvoir entre une femme d'affaires mature et coriace et sa nouvelle assistante rebelle et ambitieuse (Julia Stiles). Le film tire profit du jeu très nuancé de Channing, qui trouve ici un de ses meilleurs rôles.

Catherine Deneuve dans Potiche (2010)

Comme Jane Fonda dans Rollover, l’immortelle Belle de jour joue une femme d’affaires par la force des choses dans cette comédie tonique de François Ozon (8 femmes, Grâce à Dieu) tirée d’une pièce de boulevard, sur une épouse oisive prenant le contrôle de l’usine à parapluies de son mari en congé maladie (Fabrice Luchini).

Jennifer Lawrence dans Joy (2015)

Désirant se sortir de sa condition précaire, une mère célibataire invente une vadrouille révolutionnaire qui la rend millionnaire. Cette chronique, librement inspirée d'une histoire vraie, bénéficie de la présence de Jennifer Lawrence (Silver Linings Playbook, Mother!) qui, dans la peau d'une femme de condition modeste, se transforme en véritable héroïne du rêve américain.

Isabelle Huppert dans Elle (2016)

Violée dans sa maison par un homme cagoulé, une femme d'affaires renonce à porter plainte et mène sa propre enquête pour découvrir l'identité de l'agresseur. C’est là le point de départ de cet excellent polar de Paul Verhoeven (Robocop, Basic Instinct) tiré du roman de Philippe Djian. Louis-Paul Rioux confirme: «Isabelle Huppert excelle dans un rôle d'une grande complexité, qui fait écho à ceux qu'elle a tenus dans La pianiste et Merci pour le chocolat».

  • Cinéma

    La crise écologique au cinéma : 7 films pour le Jour de la Terre

    En ce Jour de la Terre, célébré pour la première fois en 1970, Mediafilm propose de revisiter 7 films qui ont abordé, chacun à leur manière, des enjeux liés à la crise écologique.

    Publié le 22 avril 2024

    Cinéma

    La crise écologique au cinéma : 7 films pour le Jour de la Terre

    En ce Jour de la Terre, célébré pour la première fois en 1970, Mediafilm propose de revisiter 7 films qui ont abordé, chacun à leur manière, des enjeux liés à la crise écologique.


    Publié le 22 avril 2024
  • Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.

    Publié le 20 avril 2024

    Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.


    Publié le 20 avril 2024
  • Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.

    Publié le 18 avril 2024

    Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.


    Publié le 18 avril 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.