Go to main content
iamge nouvelles
2020-02-21

Les 5 rôles les plus marquants de Gérard Depardieu

Monstre sacré du cinéma français, l’acteur Gérard Depardieu a tourné dans plus de 200 films. À l’occasion de la sortie de Fahim, revenons sur cinq de ses rôles les plus marquants.

 

1-  Jean-Claude dans… Les Valseuses de Bertrand Blier

 

Deux voyous partent à l'aventure en entraînant une jeune coiffeuse avec eux. À sa sortie en 1973, le film fait scandale, en raison de ses dialogues crus et de sa peinture d’une sexualité libérée. 

 

Aux côtés du duo Patrick Dewaere et Miou-Miou, Depardieu révèle au monde sa gouaille sans pareille et sa gueule inoubliable. Il est alors âgé de 26 ans. Sept ans plus tard, il remportera son premier César pour Le Dernier Métro de Truffaut. 

 

Non seulement Depardieu tournera avec les plus grands cinéastes français, de Jean-Luc Godard à Alain Corneau en passant par Alain Resnais et Marguerite Duras, mais il deviendra l’acteur fétiche du provocateur Bertrand Blier, qu’il retrouvera dans Préparez vos mouchoirs, Buffet froid, Tenue de soirée et Trop belle pour toi

 

2- Campana dans... La Chèvre de Francis Veber 

 

Un détective privé part au Mexique à la recherche de la fille d'un industriel, en compagnie d'un individu aussi malchanceux que la disparue. Qui n'a pas adoré Depardieu dans les buddy-movie à la française que réalise Veber du milieu des années 1970 aux débuts des années 2000? 

 

En 1981, avec La Chèvre, c’est la première fois que le réalisateur immortalise le duo Gérard Depardieu/Pierre Richard. La comédie connaît un immense succès en France, confirmant la popularité de l'acteur. 

 

Burlesques, affiliés au théâtre de boulevard, les films du cinéaste réserveront toujours une place aux élans comiques de Depardieu. Il le retrouvera ainsi à travers les années dans Les Compères, Les Fugitifs, Le Placard et Tais-toi!  

 

3- Le jeune abbé Donissan dans... Sous le soleil de Satan de Maurice Pialat

 

Un curé de campagne tente en vain de ramener un jeune prêtre robuste mais tourmenté à un certain équilibre. Avec Pialat, Depardieu tournera quatre films dont Police, grâce auquel il décrochera un Prix d’interprétation à la Mostra de Venise en 1985.  

 

Deux ans plus tard, à Cannes, Sous le soleil de Satan se voit attribuer l’une des Palmes d’Or les plus controversées de l’Histoire du festival, des mains du président du jury, Yves Montand. Par la suite, Gérard Depardieu et Sandrine Bonnaire seront tous deux nommés aux Césars en 1988, mais ce sont Richard Bohringer et Anémone qui seront finalement récompensés pour Le Grand Chemin.

 

On le voit bien : durant sa gigantesque carrière, Depardieu n’hésitera pas à faire le grand écart entre films d’auteurs et oeuvres destinées au grand public. 

 

4 - Cyrano dans... Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau 

 

Un soldat poète au nez proéminent aide un jeune noble à conquérir le coeur de sa cousine, dont il est lui-même secrètement amoureux. Dans cette adaptation somptueuse de la pièce de théâtre d'Edmond Rostand, Depardieu est magistral, lui qui était né pour interpréter le charismatique, fougueux et romantique cadet de Gascogne.

 

Le long-métrage de 1990, déclamé en vers, constitue encore aujourd’hui l’un des plus beaux succès de l'acteur auprès du grand public, mais également de la critique. 

 

À 42 ans, Depardieu remporte pour ce rôle son deuxième César du meilleur acteur, une palme cannoise d'interprétation, en plus de décrocher une nomination à l'Oscar du meilleur acteur. Et même s’il sera par la suite Christophe Colomb, le Colonel Chabert ou encore le chef cuisinier Vatel, Depardieu ne renouvellera jamais vraiment l’exploit de Cyrano. 

 

5- Dominique Strauss-Kahn (DSK) dans... Welcome to New York d’Abel Ferrara 

 

Le président d'une grande banque internationale provoque un scandale après avoir tenté d'obtenir par la force les faveurs sexuelles d'une femme de chambre d'un hôtel new-yorkais.

 

Vingt-quatre ans après Cyrano, Depardieu est devenu le colosse que l’on connaît, ainsi qu'un personnage public controversé et souvent pointé du doigt pour ses sorties médiatiques et ses décisions personnelles, comme celle de devenir citoyen russe en 2013. 

 

Depardieu dira avoir accepté ce rôle inspiré de Dominique Strauss-Kahn, car il n’aime pas ce personnage public, qu'il trouve arrogant. Télérama révèle que l'acteur n’a pas touché un sou pour l'incarner. Ainsi, s’il empoche de gros cachets pour des films comme Astérix et Obélix, Depardieu, aujourd’hui âgé de 71 ans, n’hésite pas à jouer gratuitement dans d’autres, comme c’est le cas aussi pour Mammuth de Benoît Delépine et Gustave Kervern.

 

En plus d'évoquer le scandale ayant éclaboussé l’homme politique DSK, le long-métrage de Ferrara ne se gêne pas pour établir quelques parallèles avec la persona de Depardieu lui-même... tour à tour vulgaire, monstrueux, vulnérable, plus grand que nature.

 

Et vous, dans quel rôle le préférez-vous? 

 

(Texte Céline Gobert)

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2021 MEDIAFILM Tous droits réservés.