Goto main content
iamge nouvelles
2020-01-10

5 nouveautés Netflix pour bien commencer 2020

Quels sont les nouveaux films à visionner sur la plateforme en ce début d’année? Voici une petite sélection… 

American Graffiti de George Lucas (1973) 

 

En 1962, au cours d'une nuit d'été, quatre adolescents connaissent diverses mésaventures. Musique rock, drague, courses de voiture : cinq ans avant de réaliser le premier Star wars, le jeune George Lucas nous plonge avec authenticité dans le climat de sa jeunesse. 

 

American Graffiti est son deuxième long métrage. Son précédent (et premier) film, THX 1138, avait été produit par son ami de longue date, Francis Ford Coppola.

 

Pourquoi le (re)voir? Pour la convaincante et très colorée reconstitution d'époque. Pour la bande originale gorgée de super morceaux, l'éventail allant des Platters aux Beach Boys, en passant par Jerry Lee Lewis.

 

Le Cinquième élément de Luc Besson (1997) 

 

Au 23e siècle, un chauffeur de taxi new-yorkais protège une jeune femme mystérieuse, qui aurait le pouvoir de sauver le monde d'une destruction certaine.

 

Le film a obtenu trois César, dont celui de meilleur réalisateur. C’est le créateur de mode Jean-Paul Gaultier qui signe les costumes. Notons que Besson retrouve ici l’acteur Gary Oldman, après Le Professionnel

 

Pourquoi le (re)voir? Pour le rythme trépidant, la luxuriance de la direction artistique et l'exubérance des effets spéciaux. 

 

Miami Vice de Michael Mann (2006) 

 

Deux détectives de la brigade des stupéfiants de Miami (Colin Farrell et Jamie Foxx) se font passer pour des trafiquants de drogue afin d'éclaircir une affaire de meurtre. 

 

Le film s'inspire très librement de la télésérie éponyme des années 1980, crée par Michael Mann. Ce dernier y renoue avec le drame policier, genre qu’il a tout particulièrement bien exploré dans Heat, qui mettait en vedette un autre duo d’acteurs de haut vol: Al Pacino et Robert de Niro. 

 

Miami Vice nous fournit en outre une belle occasion de revoir Colin Farrell avant le prochain Batman, dans lequel - c’est confirmé !- il jouera le Pingouin… 

 

Pourquoi le (re)voir? Pour les séquences d'action et de suspense tournées avec brio, et pour la photographie de haut niveau.

 

The Post de Steven Spielberg (2018) 

 

En 1972, le Washington Post acquiert les preuves de la propagande mensongère du gouvernement américain au sujet de la guerre au Vietnam. À l'ère des "fake news", Spielberg livre un plaidoyer vibrant en faveur de la presse écrite et le droit du public à l'information. 

 

Le réalisateur américain y retrouve son acteur fétiche : Tom Hanks. Ensemble, ils ont également tourné Il faut sauver le soldat Ryan, Arrête-moi si tu peux, Le Terminal et Le Pont des espions. À l’exception de ce dernier titre, tous sont disponibles sur Netflix. 

 

Pourquoi le (re)voir? Pour la mise en scène gracieuse et la composition solide de Meryl Streep. 

 

Molly’s Game de Aaron Sorkin (2017) 

 

Une ex-championne de ski, qui a fait fortune en organisant des parties de poker clandestines, est traînée en justice par le FBI, qui désire connaître l'identité de ses riches clients. 

 

Cette histoire biographique marque le premier passage derrière la caméra du scénariste de Moneyball, The Social Network et de la série "The Newsroom". Les longs monologues et les échanges de répliques à la mitraillette sont caractéristiques du style Sorkin. 

 

Pourquoi le (re)voir? Pour la composition de Jessica Chastain, véritable ciment du film.

 

(Texte Céline Gobert) 

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2020 MEDIAFILM Tous droits réservés.