Go to main content
iamge nouvelles
2024-04-30 Frédéric Bouchard

Haïti au cinéma : filmer pour (se) raconter

Dans Kanaval, en salle cette semaine, le Québécois Henri Pardo raconte à hauteur d’enfant le choc migratoire d’un gamin haïtien fuyant avec sa mère la dictature des Duvalier. Panorama d’un pays qu’on voit peu au cinéma.

Le dictateur François Duvalier a régné sur Haïti de 1957 jusqu’à sa mort en 1971. Son fils Jean-Claude a pris sa relève jusqu’en 1986. Durant toute la période duvaliériste, à peine une poignée de films nationaux ont pu être produits. La fin de la dictature a permis l’émergence d’un cinéma plus engagé, mais il faut cependant se tourner vers la diaspora haïtienne, ayant fui le régime, pour entendre s’exprimer les premiers auteurs activistes. Parmi eux: Arnold Antonin, dont le documentaire culte Haïti, le chemin de la liberté, revisite l’histoire nationale depuis le débarquement de Christophe Colomb jusqu’au monde contemporain.

Voici quelques films d’auteurs qui se sont distingués au cours des dernières décennies par leur pensée militante ou leur illustration sans fard des bouleversements et traumatismes subis par ce beau pays des Caraïbes.

The Comedians (1967)

Ce récit historique adapté du roman de Graham Greene raconte la crise politique d’Haïti sous la dictature de François Duvalier à travers le prisme d’un propriétaire d’hôtel à Port-au-Prince joué par Richard Burton. Celui qui fut surnommé Papa Doc gouverne un pays mené à sang et à flots par des condamnations à mort, des massacres, la corruption et la pauvreté. D’ailleurs, le film a été tourné au Dahomey, devenu le Bénin en 1975, dû au climat instable et dangereux sur le territoire haïtien.

L’homme sur les quais (1993)

Le cinéaste haïtien Raoul Peck (I Am Not Your Negro) dénonce la cruauté du régime Duvalier en épousant la perspective intimiste de Sarah, une fillette de 8 ans confiée à sa grand-mère après que son père ait fui le pays. Applaudi au Festival de Cannes en 1993, le film illustre les actions du Tonton Macoute, la milice paramilitaire que Papa Doc a mise en place pour terroriser les Haïtiens pendant 29 ans.

The Agronomist (2003)

Reconnu pour ses fictions à succès (The Silence of the Lambs, Philadelphia), Jonathan Demme a développé en parallèle une pratique documentaire engagée sur Haïti. En 1991, il commence à filmer son ami Jean Dominique, militant, journaliste et animateur radio indépendant qui a inspiré une révolution contre la dictature haïtienne, jusqu’à son assassinat en 2000. Le cinéaste en propose un portrait intime avec, en arrière-plan, un tableau politique instable et effrayant du pays.

Vers le sud - Laurent Cantet (2005)

Avant d’obtenir sa Palme d’or pour Entre les murs, le regretté cinéaste français a adapté trois nouvelles de Dany Laferrière. Campé en 1979, en banlieue de Port-au-Prince, le récit qui en découle est celui de trois femmes blanches (interprétées par Charlotte Rampling, Karen Young et Louise Portal) qui se procurent les services sexuels de Legba, un jeune Haïtien. Sous ses airs de drame exotique, le film brosse un sidérant tableau sur la lutte des classes dans un pays passé sous la gouverne de Jean-Claude Duvalier, fils tyrannique de Papa Doc.

Guibord s’en va-t-en guerre (2015)

Au cœur de sa satire politique, Philippe Falardeau imagine le personnage de Souverain Pascal, un jeune stagiaire haïtien interprété par Irdens Exantus. Débarquant pour la première fois dans la campagne québécoise afin de suivre un député incarné par Patrick Huard, ce jeune homme idéaliste personnifie tout le choc politique - et culturel - qui accompagne la réalité migratoire du 21e siècle. Loin du bercail, le nouvel assistant finit par impliquer sa famille et sa communauté dans son aventure. Ces séquences ont été immortalisées à Cap-Haïtien.

Zombi Child (2019)

Vingt ans après The Serpent and the Rainbow de Wes Craven, Bertrand Bonello offre une nouvelle incursion dans l’histoire de Clairvius Narcisse, un Haïtien qui aurait été zombifié après sa mort en 1962. Déconstruisant le mythe derrière la figure du mort-vivant, qui trouve ses origines dans la culture haïtienne, le réalisateur français s’intéresse aux blessures de la France et d’Haïti à travers une fable anticolonialiste et multigénérationnelle qui témoigne d’un passé marqué par l’esclavage et l’oppression.

Zo Reken - Emanuel Licha (2021)

Au Québec, le documentariste Emanuel Licha s’est attardé au colonialisme à travers le symbole du Toyota Land Cruiser, véhicule tout terrain surnommé «zo reken» (os de requin) en Haïti. Employé par de nombreux organismes internationaux, ce 4X4 est perquisitionné et transformé en un espace de rencontres et d’échanges entre différents représentants de la société civile à Port-au-Prince. Dix ans après le séisme de 2010, les citoyens dénoncent un gouvernement corrompu et les dérapages des ONG, mettant en lumière une nation toujours tourmentée par son histoire.

Photo : L’homme sur les quais

  • Cinéma

    77e Festival de Cannes : le palmarès est dévoilé

    Le 77e Festival de Cannes se clôt avec le dévoilement d’un palmarès qui couronne le long métrage Anora du cinéaste Sean Baker.

    Publié le 25 mai 2024

    Cinéma

    77e Festival de Cannes : le palmarès est dévoilé

    Le 77e Festival de Cannes se clôt avec le dévoilement d’un palmarès qui couronne le long métrage Anora du cinéaste Sean Baker.


    Publié le 25 mai 2024
  • Portraits

    Richard Linklater : retour dans le temps

    Avec Hit Man, son 22e long métrage de fiction, le touche-à-tout texan Richard Linklater signe une comédie sentimentale à l’accent… d’un film de gangsters. Survol (pour l’occasion) d’une carrière faste.

    Publié le 22 mai 2024

    Portraits

    Richard Linklater : retour dans le temps

    Avec Hit Man, son 22e long métrage de fiction, le touche-à-tout texan Richard Linklater signe une comédie sentimentale à l’accent… d’un film de gangsters. Survol (pour l’occasion) d’une carrière faste.


    Publié le 22 mai 2024
  • Festivals

    7 choses entendues à la conférence de presse du film … The Apprentice

    Après Border et Holy Spider, récompensés à Cannes, Ali Abbasi effectue un retour controversé sur la Croisette avec The Apprentice, retraçant l'ascension de Donald Trump dans l’immobilier new yorkais des années 1970 et 1980.

    Publié le 21 mai 2024

    Festivals

    7 choses entendues à la conférence de presse du film … The Apprentice

    Après Border et Holy Spider, récompensés à Cannes, Ali Abbasi effectue un retour controversé sur la Croisette avec The Apprentice, retraçant l'ascension de Donald Trump dans l’immobilier new yorkais des années 1970 et 1980.


    Publié le 21 mai 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.