Go to main content
iamge nouvelles
2023-07-26 Martin Bilodeau

Sandrine Kiberlain en 5 états de grâce

Une des actrices les plus constantes et originales de sa génération, Sandrine Kiberlain apparaît cette semaine dans Le Parfum vert, un whodunit insolite dans lequel elle partage la vedette avec Vincent Lacoste (Illusions perdues). Pour marquer l’événement, Mediafilm convoque le souvenir de cinq états de grâce dans la filmographie de Sandrine Kiberlain comptant déjà plus de 50 longs métrages.

Pupille

Sandrine Kiberlain épate en travailleuse sociale pince-sans-rire, à la fois compétente et paumée, dans ce film magnifique de Jeanne Herry, avec qui elle avait déjà tourné la chouette comédie Elle l’adore. Changement de registre ici, puisque ce film magique et utile raconte, sur une période de trois mois, les étapes administratives et les interventions humaines ayant mené à l'adoption par une quadragénaire célibataire (Élodie Bouchez) d’un bébé qui avait été confié à l'État par sa mère à la naissance.

9 mois ferme

«C’est vraiment un beau personnage de femme, avec les hésitations, les failles, les contradictions… Je me promenais partout avec mon scénario sous le bras, comme ça m’arrive rarement», me racontait Sandrine Kiberlain à l’époque de la sortie de cette comédie déjantée signée Albert Dupontel (Au revoir là-haut), pour lequel elle a décroché le César de la meilleure actrice en 2013. Elle joue une juge d’instruction célibataire et sévère découvrant qu’elle est enceinte… mais sans aucun souvenir de la conception, ni même de l’identité du géniteur. De loin son pari le plus risqué. Relevé haut la main.

Violette

Jouer Simone De Beauvoir. Voilà un défi qui n’est pas donné à toutes les actrices. Ce film signé Martin Provost (Séraphine) raconte la vie d’une protégée de l’auteure du Deuxième sexe, Violette Leduc, et met en vedette Emmanuelle Devos dans le rôle-titre. Kiberlain brille de tous ses feux dans celui de la grande Simone, et les scènes consacrées aux tête-à-tête des deux intellectuelles sont de loin les plus intéressantes de ce film d’époque à la facture classique.

Les femmes du 6e étage

Seraient-ce sa rousseur et son teint diaphane, rappelant les toiles des grands maîtres de la Renaissance, qui font que les cinéastes conjuguent souvent Sandrine Kiberlain au passé? Sans doute. Costumée dans Cyrano de Bergerac, Beaumarchais l’insolent, Un héros très discret, Sandrine Kiberlain possède cette élégance permettant de jouer toutes les époques. Dans Les femmes du 6e étage, elle retrouve son partenaire de Beaumarchais l’insolent, Fabrice Luchini. Elle joue une grande bourgeoise, lui, son époux soudainement fasciné par la petite société de domestiques espagnoles vivant sous les combles de leur immeuble.

Mademoiselle Chambon

L’émotion retenue, le geste rentré, cette Mademoiselle Chambon inventée par l’écrivain Éric Holder puis transposée à l’écran par Stéphane Brizé (En guerre) reste un grand moment dans la carrière de Sandrine Kiberlain. Institutrice dans une petite ville de province, son personnage, violoniste célibataire, tombe amoureuse du père d’un élève (Vincent Lindon). Dans la fiche de Mediafilm, Louis-Paul Rioux a ce commentaire très juste : «La mise en scène, à la fois réaliste et d'une infinie subtilité, est en parfaite adéquation avec l'interprétation sobre de Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain, ancien couple à la ville qui a accepté de rejouer pour le réalisateur l'émoi des premières rencontres, mais aussi les affres de la séparation et ce, avec une pudeur bouleversante.»

FICHES RÉCENTES
  • Cinéma

    Rigoler en temps obscurs : entretien avec Olivier Nakache

    Après Intouchables, Le sens de la fête et Hors normes, Éric Toledano et Olivier Nakache abordent la surconsommation et le militantisme écologique dans Une année difficile, en salle au Québec le 12 avril.

    Publié le 13 avril 2024

    Cinéma

    Rigoler en temps obscurs : entretien avec Olivier Nakache

    Après Intouchables, Le sens de la fête et Hors normes, Éric Toledano et Olivier Nakache abordent la surconsommation et le militantisme écologique dans Une année difficile, en salle au Québec le 12 avril.


    Publié le 13 avril 2024
  • Cinéma

    Cannes : habitués et grands retours pour la 77e compétition officielle

    La compétition officielle du 77e Festival de Cannes, qui se déroulera du 14 au 25 mai prochain, a été annoncée le 11 avril par Iris Knobloch, présidente, et Thierry Frémaux, délégué général du festival. Au total, 19 films sont programmés.

    Publié le 11 avril 2024

    Cinéma

    Cannes : habitués et grands retours pour la 77e compétition officielle

    La compétition officielle du 77e Festival de Cannes, qui se déroulera du 14 au 25 mai prochain, a été annoncée le 11 avril par Iris Knobloch, présidente, et Thierry Frémaux, délégué général du festival. Au total, 19 films sont programmés.


    Publié le 11 avril 2024
  • Cinéma

    7 héroïnes en temps de guerre

    Dans Civil War, à l’affiche le 12 avril, Kirsten Dunst se glisse dans la peau d’une photojournaliste déterminée à documenter un conflit entre deux factions armées déchirant l’Amérique. En période d’affrontement armé, comment le septième art représente-t-il les femmes ?

    Publié le 10 avril 2024

    Cinéma

    7 héroïnes en temps de guerre

    Dans Civil War, à l’affiche le 12 avril, Kirsten Dunst se glisse dans la peau d’une photojournaliste déterminée à documenter un conflit entre deux factions armées déchirant l’Amérique. En période d’affrontement armé, comment le septième art représente-t-il les femmes ?


    Publié le 10 avril 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.