Goto main content
iamge nouvelles
2019-11-01

Le retour sur Terre de Mariloup Wolfe

Jouliks marque le retour au cinéma de Mariloup Wolfe, dix ans après son premier long métrage, Les pieds dans le vide. Campé dans la campagne des années 1970, le film met en scène un couple d’amoureux fous vivant isolés dans une grande maison décrépite avec leur fillette Yanna, sauvageonne surdouée du point de vue de laquelle l’histoire (écrite par l’écrivaine Marie-Christine Lê-Huu) nous est racontée. À l’occasion du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, Mediafilm s’est entretenu avec la réalisatrice.

À laquelle des deux héroïnes, Yanna et sa mère Vera, vous identifiez-vous le plus?

Aux deux. J’aime la fougue de la petite Yanna, sa résilience, son caractère. Je m’identifie à sa détermination. Je m’identifie aussi à Vera, à cette idée d’une femme qui s’oublie, mais qui finit par s’affirmer.

L’histoire, très universelle, aurait quasiment pu se dérouler de nos jours. Quelle dimension supplémentaire est apportée par le fait qu’elle soit campée dans le passé?

Les années 1970 forment une époque particulière. De par cette liberté que les gens se donnaient, et qui s’exprime dans la manière dont la petite Yanna est élevée. Elle sait lire, elle sait écrire. Elle sait tellement plus de choses que les enfants de son âge assis sur des bancs d’école. Mais en même temps, elle n’a pas de vie sociale. Sa liberté la limite.

La maison de campagne, immense et décrépite, occupe une place primordiale dans l’image et dans le récit.

Oui, et on l’a cherchée longtemps avant de la trouver. Parce que des maisons abandonnées, il y en a quelques-unes au Québec. Mais celles qui peuvent accueillir une équipe de cinéma en toute sécurité sont plus rares. On est tombés sur celle-ci, qui est extraordinaire, avec ses nombreuses pièces où je pouvais promener l’action. La forme très spéciale de cette maison enrichissait ma mise en scène. 

Y a-t-il un film que vous aimez tellement que vous auriez souhaité l’avoir réalisé vous-même?

La leçon de piano. Pour moi, c’est un chef-d’oeuvre [pour Mediafilm aussi]. La conjugaison parfaite de l’image, du son, du jeu d’acteur, de l’émotion. Chaque scène est un tableau. Je repense à cette image du piano sur la plage. C’est à la fois glauque et lumineux. Ça m’a renversée à l’époque. Et ça m’a donné la piqûre.

 

Pour lire la fiche de JOULIKS

 

 

 

  • Cinéma

    Mediafilm au FNC

    En salle à Montréal (du 6 au 17 octobre) et en ligne (du 6 au 31 octobre), le Festival du nouveau cinéma bat son plein.

    Publié le 19 octobre 2021

    Cinéma

    Mediafilm au FNC

    En salle à Montréal (du 6 au 17 octobre) et en ligne (du 6 au 31 octobre), le Festival du nouveau cinéma bat son plein.


    Publié le 19 octobre 2021
  • Cinéma

    5 choses bonnes à savoir sur Ridley Scott

    À 84 ans, il est le doyen des cinéastes encore en activité ayant à leur actif un (1) Chef-d'œuvre attribué par Mediafilm, en l'occurrence Blade Runner.

    Publié le 13 octobre 2021

    Cinéma

    5 choses bonnes à savoir sur Ridley Scott

    À 84 ans, il est le doyen des cinéastes encore en activité ayant à leur actif un (1) Chef-d'œuvre attribué par Mediafilm, en l'occurrence Blade Runner.


    Publié le 13 octobre 2021
  • Cinéma

    5 choses bonnes à savoir sur Ridley Scott

    À 84 ans, il est le doyen des cinéastes encore en activité ayant à leur actif un (1) Chef-d'œuvre attribué par Mediafilm, en l'occurrence Blade Runner.

    Publié le 13 octobre 2021

    Cinéma

    5 choses bonnes à savoir sur Ridley Scott

    À 84 ans, il est le doyen des cinéastes encore en activité ayant à leur actif un (1) Chef-d'œuvre attribué par Mediafilm, en l'occurrence Blade Runner.


    Publié le 13 octobre 2021
mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2021 MEDIAFILM Tous droits réservés.