Goto main content
iamge nouvelles
2019-11-01

3 choses qui prouvent qu’on est dans un film de Quentin Dupieux

Le titre du premier film du cinéaste français Quentin Dupieux était pour le moins éloquent: Nonfilm. Réalisé en 2001, ce moyen métrage, d’une cinquantaine de minutes, donnait le ton à une filmographie placée sous le signe de l’absurde. 

 

Depuis, Dupieux en a carrément fait sa marque de fabrique : dans ses films, ni l’action, ni l’intrigue, ni les personnages, ne font vraiment de sens. Pourquoi? Tout simplement parce qu’il adore placer ses protagonistes dans des situations inénarrables et les regarder essayer de s’en dépêtrer! 

 

Voici 3 choses qui prouvent que vous êtes en territoire «dupieuesque»….! 

 

1- Un humour absurde et autoréférentiel

 

Dans Au poste! (2018), les personnages n’arrêtent pas de déclamer «C’est pour ça» à toutes les sauces. On y mange des huîtres avec la coquille. Dans Le Daim (2019), c’est plutôt «Style de malade!» et on y tue des gens car ils portent un certain genre de blouson… Absurde, on vous dit! 

 

En plus de plonger son monde en plein non-sens, Dupieux n’hésite pas à glisser par-ci par-là des autoréférences. Ainsi, dans Wrong Cops (2013), le film Rubber (récit d’un pneu tueur en série sorti en 2010…) passe à la télé et l’un des personnages assure : «c’est génial!» 

 

2- Un mélange des genres absolument dingue

 

Wrong Cops, justement, parlons-en. On ne sait jamais vraiment à quel genre le film appartient réellement : comédie un peu cynique? Parodie de série Z? 

 

L’idée chez Dupieux est de toujours déjouer les attentes, la logique narrative. Non seulement pour permettre au spectateur d’interpréter le film comme il le souhaite, mais aussi de l'inviter à ne pas trop intellectualiser ce qu’il voit, de manière à demeurer dans cette sphère du rire et de l’enfance. 

 

Chez Dupieux, tout est fou, tout se mue en cauchemar… Le bizarre et parfois le mauvais goût inflitrent tous les recoins de son cinéma, et ce, jusqu’à la mise en scène. Wrong Cops en est encore un bon exemple, avec ses lourds effets de zooms, ses angles inhabituels ou son image un peu floue… Quant à Wrong (2012), Dupieux a confié à Libération l’avoir écrit sans règle, «comme de l’écriture automatique». 

 

3- Des fétiches bizarres, des acteurs populaires détournés  

 

Un pneu tueur, un blouson en daim, la recherche du cri parfait dans Réalité (2014): les obsessions du cinéaste sont toujours un peu bizarres, décalées… Cela sied plutôt bien aux glissements vers la folie ou la confusion qui s’opèrent dans ses films. 

 

Un Alain Chabat torturé questionne la réalité, devient un peu fou. Un Jean Dujardin se laisse aller à un délire assassin. Éric et Ramzy font de la chirurgie esthétique dans Steak (2007)… 

 

Dupieux aime détourner des figures populaires, associées au genre comique, pour mieux les dynamiter, et jouer aussi avec les codes des comédies françaises, de Bertrand Blier à Jean-Paul Belmondo, en passant par le surréalisme à la Buñuel… 

 

Alors, êtes-vous prêts à plonger dans un nouveau délire? 

 

Texte: Céline Gobert

  • Cinéma

    Denis Villeneuve dans les étoiles

    Depuis le choc d’Incendies, encaissé il y a onze ans à peine, Denis Villeneuve est devenu la coqueluche de Hollywood et le cinéaste québécois le plus réputé à l’extérieur de nos frontières.

    Publié le 21 octobre 2021

    Cinéma

    Denis Villeneuve dans les étoiles

    Depuis le choc d’Incendies, encaissé il y a onze ans à peine, Denis Villeneuve est devenu la coqueluche de Hollywood et le cinéaste québécois le plus réputé à l’extérieur de nos frontières.


    Publié le 21 octobre 2021
  • Cinéma

    Mediafilm au FNC

    En salle à Montréal (du 6 au 17 octobre) et en ligne (du 6 au 31 octobre), le Festival du nouveau cinéma bat son plein.

    Publié le 19 octobre 2021

    Cinéma

    Mediafilm au FNC

    En salle à Montréal (du 6 au 17 octobre) et en ligne (du 6 au 31 octobre), le Festival du nouveau cinéma bat son plein.


    Publié le 19 octobre 2021
  • Cinéma

    5 choses bonnes à savoir sur Ridley Scott

    À 84 ans, il est le doyen des cinéastes encore en activité ayant à leur actif un (1) Chef-d'œuvre attribué par Mediafilm, en l'occurrence Blade Runner.

    Publié le 13 octobre 2021

    Cinéma

    5 choses bonnes à savoir sur Ridley Scott

    À 84 ans, il est le doyen des cinéastes encore en activité ayant à leur actif un (1) Chef-d'œuvre attribué par Mediafilm, en l'occurrence Blade Runner.


    Publié le 13 octobre 2021
mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2021 MEDIAFILM Tous droits réservés.