Go to main content
iamge nouvelles
2022-11-21 Alexandre Duguay

Pleins feux sur Guillermo del Toro

Après Robert Zemeckis, c’est au tour de Guillermo del Toro de défendre son Pinocchio, dont la version, toute personnelle, est en salle, et sur Netflix le 9 décembre. Survol d’un artiste qui a su redonner au cinéma fantastique ses lettres de noblesse.

Né au Mexique en 1968, Guillermo del Toro s’amuse, dès l’âge de 8 ans, à fabriquer des petits films avec la caméra Super 8 de son père. Sa fascination pour les créatures et le cinéma le dirige d’abord vers le métier de maquilleur et spécialiste en effets spéciaux.

En 1993, il se fait remarquer au festival de Cannes avec Cronos, son tout premier long-métrage, dans lequel il aborde le vampirisme avec originalité. Quatre ans plus tard, le cinéaste signe avec Mimic, une première production américaine, marquée à nouveau par son univers sombre et singulier.

Ses oeuvres les plus abouties se trouvent constituées de thématiques similaires. Ainsi, sous des allures de contes merveilleux, L’Échine du diable, Le labyrinthe de Pan et The Shape of Water (Lion d’or et Oscar du meilleur film) sont tous campés dans un contexte de guerre, où le monde de l’innocence est confronté à la cruauté des hommes, des êtres bien plus monstrueux que les revenants ou créatures lovecraftiennes qui peuplent ces mondes féériques.

En plus de partager sa fascination pour les films de kaïjus (Pacific Rim) et le film noir (Nightmare Alley), Guillermo del Toro troque souvent son chapeau de réalisateur pour celui de producteur, et parfois même pour celui de romancier, notamment avec The Strain qu’il a coécrit avec Chuck Hogan.

Mediafilm vous invite donc à plonger dans l’imaginaire d’un cinéaste original, capable de nous surprendre autant avec ses films les plus personnels qu’avec ses productions hollywoodiennes.

FICHES RÉCENTES
  • Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.

    Publié le 20 avril 2024

    Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.


    Publié le 20 avril 2024
  • Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.

    Publié le 18 avril 2024

    Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.


    Publié le 18 avril 2024
  • Cinéma

    L’amour, la peur et Henry James: entretien avec Bertrand Bonello

    La Bête raconte, à trois époques différentes, la romance impossible entre un homme et une femme que l’amour aurait dû souder, mais que la peur a divisés.

    Publié le 16 avril 2024

    Cinéma

    L’amour, la peur et Henry James: entretien avec Bertrand Bonello

    La Bête raconte, à trois époques différentes, la romance impossible entre un homme et une femme que l’amour aurait dû souder, mais que la peur a divisés.


    Publié le 16 avril 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.