Go to main content
iamge nouvelles
2022-11-08 Éric Fourlanty

Pleins feux sur Anaïs Barbeau-Lavalette

Quatrième long-métrage de fiction d’Anaïs Barbeau-Lavalette, Chien blanc sort cette semaine en salle. L’occasion d’évoquer le parcours de la cinéaste.

Née en 1979, à Montréal, Anaïs Barbeau-Lavalette vient d’une famille artistique, avec une mère documentariste, un père directeur-photo, un grand-père peintre et une grand-mère poétesse, qui lui inspirera son roman La femme qui fuit.

Études en cinéma à Montréal et en Palestine, documentaires tournés au Québec, au Honduras, en Argentine ou en Tanzanie, traitant de l’enfance défavorisée, du bénévolat ou de l’engagement : dès ses débuts, Anaïs Barbeau-Lavalette aborde des sujets sociaux, avec vigueur et sensibilité, et jette son regard de cinéaste au-delà de nos frontières.

En 2007, elle réalise son premier long-métrage de fiction, Le Ring, qui bénéficie d’un bel accueil critique et public, puis, cinq plus tard, Inch’ Allah, tout aussi bien accueilli. Mais c’est avec son adaptation de La déesse des mouches à feu que la cinéaste connaît la consécration alors que le film récolte sept prix, dont Meilleur film et Meilleure réalisation, au Gala Québec Cinéma de 2021.

Réalisatrice, écrivaine, scénariste, citoyenne : Anaïs Barbeau-Lavalette est une des voix fortes du Québec d’aujourd’hui, à l’écran et dans la vie.

FICHES RÉCENTES

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2022 MEDIAFILM Tous droits réservés.