Go to main content
iamge nouvelles
2024-03-04 Martin Bilodeau

Le dernier des Taviani

Paolo Taviani est allé rejoindre son frère Vittorio dans le cénacle des immortels du 7e art.

Il y a deux ans à peine, la Berlinale projetait en primeur son dernier opus réalisé en solo, Leonora addio. Six ans après son aîné Vittorio (1929-2018), Paolo Taviani (1931-2024) nous a quittés le 29 février, à l’âge vénérable de 92 ans, fermant ainsi un chapitre majeur dans l’histoire du cinéma italien.

En sa mémoire, et celle de son frère, avec qui il a régné dans les compétitions officielles des plus grands festivals du monde (Palme d’or à Cannes en 1977 pour Padre padrone; Ours d’or à Berlin en 2012 pour César doit mourir), Mediafilm a réuni pour vous les 10 meilleurs films de Paolo et Vittorio Taviani.

FICHES RÉCENTES
  • Cinéma

    La crise écologique au cinéma : 7 films pour le Jour de la Terre

    En ce Jour de la Terre, célébré pour la première fois en 1970, Mediafilm propose de revisiter 7 films qui ont abordé, chacun à leur manière, des enjeux liés à la crise écologique.

    Publié le 22 avril 2024

    Cinéma

    La crise écologique au cinéma : 7 films pour le Jour de la Terre

    En ce Jour de la Terre, célébré pour la première fois en 1970, Mediafilm propose de revisiter 7 films qui ont abordé, chacun à leur manière, des enjeux liés à la crise écologique.


    Publié le 22 avril 2024
  • Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.

    Publié le 20 avril 2024

    Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.


    Publié le 20 avril 2024
  • Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.

    Publié le 18 avril 2024

    Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.


    Publié le 18 avril 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.