Go to main content
iamge nouvelles
2023-03-01 Éric Fourlanty

Entrevue avec Pascale Bussières et Guy Édoin

À l’occasion de la sortie de Frontières de Guy Édoin, nous avons rencontré le réalisateur et la comédienne Pascale Bussières. Discussion à bâtons rompus.

Alors qu’elle vient de perdre son père et de quitter le père de sa fille, Diane (Pascale Bussières) s’occupe de la ferme familiale et commence à croire que sa maison est hantée. Inquiètes, ses deux sœurs (Christine Beaulieu et Marilyn Castonguay) demandent à leur mère (Micheline Lanctôt), partie vivre en Floride, de rentrer au Québec.

C’est votre 3e film ensemble. Qu’avez-vous appris l’un de l’autre, douze ans après Marécages, votre première collaboration?

Guy Édoin Difficile à dire… Il y a quelque chose de l’ordre de l’indicible dans la relation entre un réalisateur et une actrice. Je savais que ce film-là serait une plongée dans la psyché humaine et que je voulais le faire avec Pascale.

Pascale Bussières On se parle de moins en moins! On se regarde… Dans ce thriller, il y a un point de rupture – qu’on ne peut pas révéler – et il fallait bien placer le niveau d’émotion du personnage par rapport à cette cassure. Pour moduler mon jeu, Guy me donnait des chiffres de 1 à 10. Il me disait « Là, t’es à 8… Là, t’es à 4… ». Et ça me suffisait. Sans qu’il ait à en dire plus.

J’ai de la misère à parler de la direction d’acteur. En fait, je ne sais pas trop ce que c’est… Je carbure à la vérité, à l’authenticité, à la justesse.

PB Et quand ça ne l’est pas, tu le sais très rapidement, peut-être plus vite qu’il y a 12 ans. Guy a gagné beaucoup d’expérience de tournage avec les séries télé et les films qu’il a réalisés. Et puis, tout le monde était très heureux d’être sur le plateau. Tu le sens quand c’est un projet chéri. C’était très fédérateur.

Frontières est un thriller mais il a aussi quelque chose d’un western à la John Ford…

PB C’est vrai que les films de Guy ont un côté épique à la John Ford…

Le western n’est jamais très loin dans mes films. C’est important pour moi d’embrasser notre américanité. Et de détourner les codes d’un genre, que ce soit le thriller ou le western, de les déboulonner, pour avoir des histoires et des personnages moins attendus.

Dans le western traditionnel, les rôles principaux auraient été tenus par des hommes…

Pour Frontières, c’était clair dès le départ qu’il s’agissait d’une sororité. Avec une fraternité, ça aurait donné un film qu’on a vu mille fois. Ce que je trouvais intéressant, c’était d’écrire des personnages de femmes forts, et qui ont des attributs traditionnellement masculins. Ce sont des filles qui prennent leur destin en main. À la limite, les hommes sont des faire-valoir.

PB Je n’ai pas abordé mon rôle comme celui d’une femme qui a les attributs d’un homme. Je ne fais pas la distinction entre les genres. Ces femmes-là, qui sont des moteurs d’action et assument pleinement leur vie, existent dans notre monde. J’en ai plein autour de moi. Et on ne porte peut-être pas assez de lumière sur elles... Le film est aussi un hommage à la sororité et à la solidarité familiale, des thèmes qu’on ne voit pas très souvent au cinéma sous cet angle.

  • Cinéma

    77e Festival de Cannes : le palmarès est dévoilé

    Le 77e Festival de Cannes se clôt avec le dévoilement d’un palmarès qui couronne le long métrage Anora du cinéaste Sean Baker.

    Publié le 25 mai 2024

    Cinéma

    77e Festival de Cannes : le palmarès est dévoilé

    Le 77e Festival de Cannes se clôt avec le dévoilement d’un palmarès qui couronne le long métrage Anora du cinéaste Sean Baker.


    Publié le 25 mai 2024
  • Portraits

    Richard Linklater : retour dans le temps

    Avec Hit Man, son 22e long métrage de fiction, le touche-à-tout texan Richard Linklater signe une comédie sentimentale à l’accent… d’un film de gangsters. Survol (pour l’occasion) d’une carrière faste.

    Publié le 22 mai 2024

    Portraits

    Richard Linklater : retour dans le temps

    Avec Hit Man, son 22e long métrage de fiction, le touche-à-tout texan Richard Linklater signe une comédie sentimentale à l’accent… d’un film de gangsters. Survol (pour l’occasion) d’une carrière faste.


    Publié le 22 mai 2024
  • Festivals

    7 choses entendues à la conférence de presse du film … The Apprentice

    Après Border et Holy Spider, récompensés à Cannes, Ali Abbasi effectue un retour controversé sur la Croisette avec The Apprentice, retraçant l'ascension de Donald Trump dans l’immobilier new yorkais des années 1970 et 1980.

    Publié le 21 mai 2024

    Festivals

    7 choses entendues à la conférence de presse du film … The Apprentice

    Après Border et Holy Spider, récompensés à Cannes, Ali Abbasi effectue un retour controversé sur la Croisette avec The Apprentice, retraçant l'ascension de Donald Trump dans l’immobilier new yorkais des années 1970 et 1980.


    Publié le 21 mai 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.