Aller au contenu principal
3

La Gueule ouverte

Fr. 1974. Drame psychologique de Maurice Pialat avec Philippe Léotard, Hubert Deschamps, Monique Mélinand. Une femme atteinte du cancer et n'ayant plus que quelques mois à vivre est ramenée chez elle pour y mourir, entourée de ses proches. Approche sans faux-fuyants du thème de la mort. Style dépouillé et austère. Rythme lent. Montage elliptique. Climat de méditation douloureuse. Interprétation juste et retenue.

Général
3

La Gueule ouverte (La Gueule ouverte)

Général Général

Fr. 1974. Drame psychologique de Maurice Pialat avec Philippe Léotard, Hubert Deschamps, Monique Mélinand.

Une femme atteinte du cancer et n'ayant plus que quelques mois à vivre est ramenée chez elle pour y mourir, entourée de ses proches. Approche sans faux-fuyants du thème de la mort. Style dépouillé et austère. Rythme lent. Montage elliptique. Climat de méditation douloureuse. Interprétation juste et retenue. (sortie en salle: 31 décembre 1969)

Monique Bastide, femme d'un mercier de Clermont-Ferrand, est atteinte du cancer et n'a plus que quelques mois à vivre. Après un séjour à l'hôpital, elle est ramenée chez elle, où son mari Roger s'occupe d'elle du mieux qu'il peut. Son fils Philippe, qui habite Paris, vient passer quelque temps à Clermont-Ferrand avec sa femme pour aider son père. La maladie fait des progrès inéluctables et Monique meurt sans bruit.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Le réalisateur Maurice Pialat (L'ENFANCE NUE) aborde sans faux-fuyants le difficile et pénible sujet de la mort dans un style dépouillé et austère, étudiant surtout les réactions de la famille d'une agonisante. Pour prenant qu'il soit, le récit évite une dramatisation inutile et présente des bribes de la vie quotidienne des gens mis en scène, sans cacher certaines petitesses égoïstes qui les font apparaître plus pitoyables. Un rythme lent et un montage souvent elliptique contribuent à un climat de méditation douloureuse. Les interprètes jouent avec justesse et retenue.

Texte : Robert-Claude Bérubé

COMMENTAIRES

04 mai 2015, 10:47:24

Par : H F,

La lente agonie en direct d'une femme, sous les yeux impuissants de son mari et de son fils, deux êtres médiocres mais non dénués d'humanité maladroite.

J'attribue à ce film la Cote 3


Revue de presse

Un Constat purement réaliste

Le film (...) montre l'agonie (...) d'une femme, sans métapysique et sans point de vue moral, sans critique sociale. (...) un grand film noir, désespéré, mis en scène en plans-séquences très denses [qui] a fait peur, par cette présence physique de la mort que l'on refuse de voir.

(Texte paru en 1981)

Gueule ouverte, La Maurice Pialat

Austère et cruel

Insistance sans complaisance, vérité sans naturalisme, pathétique sans sentimentalisme, Pialat navigue entre les écueils avec une confrondante maîtrise. Qui oserait (...) ce plan fixe de huit minutes sur Monique et son fils silencieux écoutant du Mozart?

(Texte paru en 1974)

Gueule ouverte, La Maurice Pialat

Le Film de Pialat dérange

Pialat est (...) conscient de l'ouverture et de l'aération nécessaire à son écriture: il intercale alors des scènes d'extérieur qui se passent le plus souvent à l'intérieur (...). Mais cela n'est pas suffisant pour gommer le parti pris de lenteur (...). Cela ne retire en rien la puissance et la beauté de ce film.

(Texte paru en 1974)

Gueule ouverte, La Maurice Pialat

La Mort à nu

La vocation de chroniqueur de Pialat s'affirme ici de manière triple puisqu'il nous offre une chronique à la fois provinciale, sociale et familiale (cette dernière l'emportant sur les autres et les résumant).

(Texte paru en 1974)

Gueule ouverte, La Maurice Pialat

With Tact and Emotional Depth

Maurice Pialat has made a film about a woman of 50 dying of cancer, without sentimentalising, heart tugs, or philosophising. (...) With this film he reveals himself to be one of the most private, personal and gifted filmmakers on the local scene.

(Texte paru en 1974)

Gueule ouverte, La Maurice Pialat

Chronique d'une agonie

Un monstre? Jamais de la vie. Un pauvre bougre désemparé pour qui l'essentiel, c'est de tenir le coup. Et qu'incarne, dans sa vérité nue, Hubert Deschamps, éternel second rôle, ici l'égal des grands par l'émotion qu'il exprime, ressent et parvient à transmettre.

(Texte paru en 1974)

Gueule ouverte, La Maurice Pialat

L'Érotisme de la mort

Et c'est justement l'exagération de leur paresse et de leur sensualité qui fait surgir un climat d'érotisme suffocant. L'érotisme même de la mort, qui n'a peut-être jamais été traduit aussi fortement au cinéma.

(Texte paru en 1974)

Gueule ouverte, La Maurice Pialat

Crever la gueule ouverte

Soutenu par le jeu d'excellents comédiens, (...) Maurice Pialat, grâce à une multitude de petits faits vrais, nous donne à voir de petites vies qu'il regarde avec une lucidité sans complaisance (...). Film sévère, film terrible. Et, pourtant, il y flotte un certain sourire.

(Texte paru en 1974)

Gueule ouverte, La Maurice Pialat

Un Cri

Quel terrible film que celui de (...) Pialat! Parce qu'il nous révèle à nous-mêmes tels que nous sommes, sans concessions (...). Parce que ce film coup de poing est impitoyable comme la vie. Parce que l'art ici n'est plus qu'un cri venant déchirer l'écran de notre indifférence inconsciente.

(Texte paru en 1974)

Gueule ouverte, La Maurice Pialat

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3