Go to main content
iamge nouvelles
2022-08-16 Charles-Henri Ramond

Trois questions à Aristomenis Tsirbas

Pour souligner la sortie de son film de science-fiction en salle cette semaine, nous avons posé 3 questions au réalisateur montréalais de Timescape mais aussi spécialiste des effets visuels.

Pourquoi avez-vous réalisé un film de ce genre ?

En 2019, mes producteurs et moi voulions faire un film à petit budget, sans attendre d’avoir les fonds pour en faire un de plus grande envergure. Je voulais parler de famille et de loyauté, dans un film qui rejoint les enfants, un peu comme ceux d’Amblin au milieu des années 80 que j’aimais beaucoup quand j’étais petit. J’ai soumis aux producteurs un projet qu’ils ont immédiatement adoré et nous avons tourné à l’automne 2019, pendant 21 jours.

Quelles techniques avez-vous utilisées pour les effets visuels?

C’est un hybride entre des maquettes, des décors et de l’animation par ordinateur. Par exemple, l’extérieur du vaisseau spatial, c’est une maquette, mais en plan large, c’est du CGI. Les dinosaures sont animés avec des techniques déjà en vogue dans les années 1990 et qui se sont améliorées depuis. Ce qui est particulier avec Timescape, c’est que, durant la pandémie, nous avons eu tout le temps nécessaire pour compléter la post-production. J’ai passé près de deux ans à peaufiner les effets du film.

Pourquoi était-ce important pour vous, qui travaillez à Los Angeles, de tourner ce film ici?

L’équipe est composée d’amis et de connaissances de mes producteurs. C’était merveilleux de voir à quel point les membres de l’équipe se sont engagés avec cœur et générosité. Nous avons compensé le maigre budget avec beaucoup d’heures supplémentaires. Nous en avons eu beaucoup plus que ce que notre budget prévoyait! Cela m’a surpris de voir à quel point la production ici est aussi robuste et forte. Je veux assurément continuer à faire des films ici.

  • Cinéma

    Rigoler en temps obscurs : entretien avec Olivier Nakache

    Après Intouchables, Le sens de la fête et Hors normes, Éric Toledano et Olivier Nakache abordent la surconsommation et le militantisme écologique dans Une année difficile, en salle au Québec le 12 avril.

    Publié le 13 avril 2024

    Cinéma

    Rigoler en temps obscurs : entretien avec Olivier Nakache

    Après Intouchables, Le sens de la fête et Hors normes, Éric Toledano et Olivier Nakache abordent la surconsommation et le militantisme écologique dans Une année difficile, en salle au Québec le 12 avril.


    Publié le 13 avril 2024
  • Cinéma

    Cannes : habitués et grands retours pour la 77e compétition officielle

    La compétition officielle du 77e Festival de Cannes, qui se déroulera du 14 au 25 mai prochain, a été annoncée le 11 avril par Iris Knobloch, présidente, et Thierry Frémaux, délégué général du festival. Au total, 19 films sont programmés.

    Publié le 11 avril 2024

    Cinéma

    Cannes : habitués et grands retours pour la 77e compétition officielle

    La compétition officielle du 77e Festival de Cannes, qui se déroulera du 14 au 25 mai prochain, a été annoncée le 11 avril par Iris Knobloch, présidente, et Thierry Frémaux, délégué général du festival. Au total, 19 films sont programmés.


    Publié le 11 avril 2024
  • Cinéma

    7 héroïnes en temps de guerre

    Dans Civil War, à l’affiche le 12 avril, Kirsten Dunst se glisse dans la peau d’une photojournaliste déterminée à documenter un conflit entre deux factions armées déchirant l’Amérique. En période d’affrontement armé, comment le septième art représente-t-il les femmes ?

    Publié le 10 avril 2024

    Cinéma

    7 héroïnes en temps de guerre

    Dans Civil War, à l’affiche le 12 avril, Kirsten Dunst se glisse dans la peau d’une photojournaliste déterminée à documenter un conflit entre deux factions armées déchirant l’Amérique. En période d’affrontement armé, comment le septième art représente-t-il les femmes ?


    Publié le 10 avril 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.