Go to main content
iamge nouvelles
2022-05-04 Alexandre Duguay

Docteur Strange dans le multivers de la folie : Une infinité de possibilités

Vingt ans après avoir tourné le tout premier film de la franchise des Spider-Man, Sam Raimi est de retour à la barre d’une production Marvel, signant cette fois le second volet des films consacrés au Docteur Strange.

En plus de Sam Raimi, une partie de la distribution (Benedict Cumberbatch, Elizabeth Olsen, Benedict Wong et Xochitl Gomez), le scénariste Michael Waldron et le président des studios Marvel, Kevin Feige, étaient aussi présents lors d’une vidéoconférence à laquelle Mediafilm a assisté.

Le multivers : un peu, beaucoup, à la folie

Concept effleuré auparavant et surtout mis de l’avant dans Spider-Man: No Way Home, le multivers ouvre la porte à des possibilités infinies. Ces mondes parallèles dans lesquels évoluent les personnages de Docteur Strange dans le multivers de la folie semblent avoir été un défi pour le réalisateur, d’autant plus qu’il devait composer avec un scénario « en constante évolution. »

À sa défense, le scénariste Michael Waldron indique être resté fidèle à la trame initiale, ce qui a aussitôt fait éclater de rire l’équipe. Il a ensuite avoué que pour ce récit, terrain fertile à la créativité, son procédé d'écriture a effectivement été évolutif.

« J’ai pu m’appuyer sur la collaboration d’acteurs formidables, connaissant mieux leurs personnages que quiconque. Cela a donné lieu à un réel travail d’équipe », confie t-il.

« La seule chose qui n’ait pas changé, lance Benedict Cumberbatch, c’est le titre. Et ce n’est même pas Michael qui l’a trouvé! », renchérit-il à la blague.

Un Marvel plus humain et plus sombre

Le film présente pour la première fois à l'écran America, super-héroïne campée par Xochitl Gomez. Il s’agit d’une adolescente affichant fièrement son appartenance à la communauté LGBTQ+, tout comme c’est le cas depuis son apparition dans les bandes dessinées.

« Cette jeune fille essaie de comprendre les expériences perturbantes de sa vie, qui n’ont rien à voir avec son orientation sexuelle ou son identité de genre, mais plutôt avec le fait qu’elle se retrouve catapultée sans cesse dans le multivers », précise le producteur Kevin Feige. Il ajoute aussi qu’il tient à ce que les personnages demeurent, autant que possible, représentatifs du monde dans lequel on vit.

Et si l’on semble accorder une grande importance aux effets spéciaux dans ce genre de production cinématographique, Sam Raimi insiste sur le fait que ce qui compte davantage, c’est d’avoir des acteurs capables de transmettre toute leur « humanité ».

« C’est grâce à cela que les spectateurs s’attachent et s’identifient aux super-héros », renchérit-il.

À cet égard, la mini-série WandaVision présentée sur Disney+, a été, pour l'actrice Elizabeth Olsen, l’occasion de donner plus de chair et de mieux définir Scarlet Witch, de retour au grand écran depuis Avengers: Endgame.

« Je sens qu’elle [Wanda/Scarlet Witch] est plus limpide que jamais, nous dit la comédienne. On l’a vu connaître l’amour et le deuil dans les premiers films, mais depuis la série, elle a gagné en confiance et a réalisé qu’elle était capable de tout.» Sa destinée, racontée dans WandaVision, l’amène d’ailleurs vers des replis plus obscurs de sa personnalité.

Cette avenue plus sombre a tout de suite plu à Sam Raimi, lui qui a amorcé sa carrière grâce au cinéma d’épouvante, avec le désormais film culte Evil Dead. « J’étais ravi que Kevin [Feige] fasse appel à moi, et qu’il me partage son souhait d'incorporer des éléments issus du cinéma d’horreur. Mon expérience en la matière me permet de savoir précisément comment titiller le public avec les éléments de suspense et les séquences d’effroi. »

Le meilleur des deux mondes

Interprétant le Docteur Strange, maître des arts mystiques, Benedict Cumberbatch se considère choyé de pouvoir incarner ce super-héros. En plus d’explorer diverses versions d’un même personnage, l’acteur évoque la liberté que ce rôle a pu lui apporter.

« Ça m’a donné la possibilité de mettre sur pied des projets à plus petite échelle, ce que je n’aurais sans doute jamais pu faire autrement, autant à titre d’acteur que de producteur. »

Le comédien britannique se réjouit de pouvoir se retrouver à la fois au sein de productions hollywoodiennes comme de films d’auteurs. « Certains fans de l’univers Marvel viennent me féliciter pour The Power of The Dog, dit-il. C’est bien la preuve qu’il y a suffisamment de place pour tout le monde dans ce vaste éventail culturel. Et si un film Marvel incite les gens à se rendre en salle, pour s’intéresser ensuite à The Power of the Dog, c’est tant mieux! »
 

Docteur Strange dans le multivers de la folie de Marvel Studio est présenté en salle dès le 6 mai.

  • Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.

    Publié le 20 avril 2024

    Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.


    Publié le 20 avril 2024
  • Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.

    Publié le 18 avril 2024

    Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.


    Publié le 18 avril 2024
  • Cinéma

    L’amour, la peur et Henry James: entretien avec Bertrand Bonello

    La Bête raconte, à trois époques différentes, la romance impossible entre un homme et une femme que l’amour aurait dû souder, mais que la peur a divisés.

    Publié le 16 avril 2024

    Cinéma

    L’amour, la peur et Henry James: entretien avec Bertrand Bonello

    La Bête raconte, à trois époques différentes, la romance impossible entre un homme et une femme que l’amour aurait dû souder, mais que la peur a divisés.


    Publié le 16 avril 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.