Go to main content
iamge nouvelles
2023-02-17 Martin Bilodeau

Berlinale 2023 : BlackBerry, la nouvelle revanche des nerds

Dans BlackBerry, projeté en première mondiale à la 73e Berlinale, les acteurs Jay Baruchel et Matt Johnson (également réalisateur et coscénariste) forment un joyeux tandem de nerds.

Le premier dans le rôle de Mike Lazaridis, l’ingénieur derrière la création du premier téléphone intelligent de l’histoire. Le second sous les traits de Doug Fregin, son partenaire d’affaires et cofondateur de la compagnie mère de BlackBerry, Research In Motion.

En conférence de presse, Matt Johnson faisait flèche de tout bois. Voici quelques-unes de ses déclarations durant cette rencontre à laquelle participaient Jay Baruchel et les acteurs Glenn Hoverton et Cary Elwes.

À propos de son rôle dans le film

« Je n’avais pas du tout l’intention de jouer dans mon film. D’ailleurs, tous nos partenaires financiers étaient résolument contre. C’est Jay qui a exigé que je joue Doug. Ce que j’ai compris, c’est qu’il voulait que je sois là pour le soutenir en tant qu’acteur, et j’ai fait la même chose. Ce que vous voyez dans le film, c’est la trajectoire d’une relation qui évolue. »

À propos du tournage à deux caméras

« Mes films précédents étaient des faux documentaires. J’adore la liberté que ça procure de tourner sur le vif. Pour ce film, auquel je voulais donner un aspect plus cinématographique, nous avons utilisé deux caméras qui tournaient en même temps, avec des lentilles différentes, de manière à pouvoir jouer en continu et monter tout ce qu’on veut sans se soucier de faire des plans larges, moyens ou rapprochés. »

À propos de la culture « sci-fi »

« Internet, dans ses premiers balbutiements, réunissait en ligne des gens qui parlaient de Star Trek. Ce que ça nous dit, c’est que ceux qui font avancer la technologie sont ceux qui sont imbibés de la culture “sci-fi”. J’ai vu dans cette idée un terreau fertile pour illustrer la naissance du BlackBerry. Je trouve que le rôle du cinéma de science-fiction dans le développement technologique mérite d’être reconnu. Nous vivons dans le monde imaginé par les TI, qui se sont inspirés des films qu’ils regardent. »

À propos du cinéma au Canada anglais

« Chez nous, les créateurs sont sommés d’imiter le style américain. Cette pression est si infâme qu'elle infiltre les écoles de cinéma où les étudiants, pour la plupart, essaient d’imiter ces modèles connus. Avec Jay, nous avons essayé, autant que possible, de rester local, avec une équipe entièrement canadienne et en privilégiant une esthétique que nous avons développée à Toronto. C’est difficile pour moi de vous dire ce à quoi ressemble le cinéma canadien parce qu’il n’a pas encore été défini. »


Photo : Martin Bilodeau

  • Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.

    Publié le 20 avril 2024

    Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.


    Publié le 20 avril 2024
  • Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.

    Publié le 18 avril 2024

    Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.


    Publié le 18 avril 2024
  • Cinéma

    L’amour, la peur et Henry James: entretien avec Bertrand Bonello

    La Bête raconte, à trois époques différentes, la romance impossible entre un homme et une femme que l’amour aurait dû souder, mais que la peur a divisés.

    Publié le 16 avril 2024

    Cinéma

    L’amour, la peur et Henry James: entretien avec Bertrand Bonello

    La Bête raconte, à trois époques différentes, la romance impossible entre un homme et une femme que l’amour aurait dû souder, mais que la peur a divisés.


    Publié le 16 avril 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.