Go to main content
4

BlackBerry

Samedi 09 Mars à 08:25 | Super Écran 3

Can. 2023. Comédie dramatique de Matt Johnson avec Jay Baruchel, Matt Johnson, Glenn Howerton. À la fin des années 1990, deux génies de l'informatique de Waterloo, Ontario, mettent au point le premier téléphone intelligent de l'histoire. Récit mené tambour battant. Point de vue diffus. Dispositif de cinéma-vérité efficace. Personnages brossés à gros traits, bien défendus dans l'ensemble. (sortie en salle: 12 mai 2023)

13 ans +
4

BlackBerry (BlackBerry)

13 ans + 13 ans +

Can. 2023. Comédie dramatique de Matt Johnson avec Jay Baruchel, Matt Johnson, Glenn Howerton.

À la fin des années 1990, deux génies de l'informatique de Waterloo, Ontario, mettent au point le premier téléphone intelligent de l'histoire. Récit mené tambour battant. Point de vue diffus. Dispositif de cinéma-vérité efficace. Personnages brossés à gros traits, bien défendus dans l'ensemble. (sortie en salle: 12 mai 2023)

Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Matt Johnson
Matthew Miller
D'après le livre de Jacquie McNish
D'après le livre de Sean Silcoff
Photographie :
Musique :
Montage :
Pays :
Distributeur :
Entract Films
Waterloo, Ontario, fin des années 1990. Mike et Doug, deux génies de l'informatique, ont en main le savoir-faire technologique pour combiner en un seul appareil téléphone cellulaire et ordinateur. Or, financièrement, leur compagnie, Research and Motion, est dans l'impasse. Percevant le potentiel de leur idée, Jim Balsillie offre d'investir dans la compagnie, en échange d'un titre de président. Un marché est vite conclu. Le carnet d'adresses de l'homme d'affaires aux dents longues a tôt fait d'ouvrir les portes à Research and Motion, notamment de la compagnie Bell Atlantic, qui passe une première commande. Dès sa naissance en 1999, le téléphone intelligent BlackBerry révolutionne le monde. La compagnie cotée en bourse prend son envol. Les ennuis ne font que commencer.

L’AVIS DE MEDIAFILM

La trajectoire fulgurante et la chute vertigineuse de la compagnie Research in Motion nous sont racontées tambour battant, avec une immédiateté amplifiée par le dispositif de cinéma vérité privilégié par l'acteur-réalisateur Matt Johnson. Caméra à l’épaule secouante, zoom-in et zoom-out à l’envi, montage à la hache: nous sommes non pas tant dans une téléréalité que dans ce que la télévision de fiction inspirée de la téléréalité a su produire de mieux, au premier chef “The Office” et “Veep”. Rien de vraiment neuf en somme, mais un procédé efficace, qui fait l’économie de la psychologie et du “back-story” des personnages, bien défendus dans l'ensemble. Toutefois, le parti-pris a ses limites et, par manque d’éclairage, plusieurs développements ne parviennent pas à convaincre, surtout dans la seconde partie du film, qui s’étiole et dilue le point de vue. À tant vouloir s'accrocher à la chronologie de l’histoire véridique, voire à dire une chose puis son contraire, Johnson a manqué à son devoir de clarté. (Texte rédigé en février 2023, dans le cadre de la 73e Berlinale)

Texte : Martin Bilodeau

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3