Go to main content
2

Répulsion (Repulsion)

G.-B. 1965. Drame psychologique de Roman Polanski avec Catherine Deneuve, Yvonne Furneaux, Ian Hendry. Une jeune fille angoissée finit par sombrer dans une folie meurtrière. Analyse clinique d'un cas pathologique. Réalisation fort adroite. Images hallucinantes. Bonne création d'atmosphère. C. Deneuve remarquable.

Général
2

Répulsion (Repulsion)

Général Général

G.-B. 1965. Drame psychologique de Roman Polanski avec Catherine Deneuve, Yvonne Furneaux, Ian Hendry.

Une jeune fille angoissée finit par sombrer dans une folie meurtrière. Analyse clinique d'un cas pathologique. Réalisation fort adroite. Images hallucinantes. Bonne création d'atmosphère. C. Deneuve remarquable.

Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Musique :
Montage :
Pays :
Distributeur :
Sony Pictures
Récompenses
Carol, qui travaille comme manucure dans un salon de beauté, vit avec sa soeur Helen dans un petit appartement. Elle supporte mal qu'Helen reçoive son amant chez elle et sent grandir sa répulsion pour les relations amoureuses. Helen étant partie pour un voyage de quelques jours, Carol s'enferme dans l'appartement où elle se laisse envahir par sa hantise et finit par sombrer dans la folie. Elle va même jusqu'à tuer deux hommes qui, pour des raisons diverses, avaient réussi à entrer dans son logis.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Le réalisateur polonais Roman Polanski, auteur du COUTEAU DANS L'EAU, a réalisé à Londres cette analyse clinique d'un cas pathologique. Avec beaucoup d'adresse, il fait sentir la montée progressive du déséquilibre dans l'esprit de son héroïne et sait trouver des images hallucinantes pour traduire la crise où sombre sa raison. Tout cela contribue à la création d'une horreur fascinante qui exige des spectateurs des nerfs bien accrochés. Catherine Deneuve incarne l'héroïne avec une tension convaincante.

Texte : Robert-Claude Bérubé

Revue de presse

Les Égarements du "petit loustic génial"

(...) RÉPULSION est un exercice assez remarquable. Par le style, d'abord. Le style magistral de Polanski, qui a l'oeil attentif. (...) Par la manière. (...) Le principal reproche que je ferais à RÉPULSION, le plus grave, est sa gratuité. Et à Polanski, de s'éloigner de l'humain.

(Texte paru en 1966)

Répulsion Roman Polanski

D'extraordinaires acteurs

RÉPULSION est (...) un cocktail d'épouvante épicé d'un érotisme diffus avec furtifs élancements de sado-masochisme. Polanski a dû bien s'amuser. Il a mis (...) le paquet mais avec une telle (...) virtuosité dans la mise en scène que l'on se retrouve (...) avec l'envie de sourire d'aise devant tant d'astuce.

(Texte paru en 1966)

Répulsion Roman Polanski

Fascinating and Haunting Picture

A fascinating and haunting picture is this detailed study of a girl with a lovely face and a twisted mind who has an abnormal fear of men. REPULSION is one of the stronger words in our vocabulary.

(Texte paru en 1965)

Répulsion Roman Polanski

La Phobie de l'homme

Catherine Deneuve joue avec maîtrise ce rôle qu'on croirait plus fait pour Jeanne Moreau ou Emmanuelle Riva. (...) Fort de ses images saisissantes, ce film se situe à la fois dans la lignée des films surréalistes (Dali et Bunuel) et dans celle des "suspenses" psychologiques (Hitchcock).

(Texte paru en 1966)

Répulsion Roman Polanski

Beaucoup de métier

Rêves, solitude, appartement clos, une jolie demoiselle qui a peur de tout: la schizophrénie sort de l'oeuf. Polanski observe et attend. La Folie grandit et fait la mise en scène. Elle la fait bien. C'est le triomphe du détail clinique. (...) Horrible et horripilant, (...) Polanski exaspère et séduit.

(Texte paru en 1966)

Répulsion Roman Polanski

Not a Horror Film

This has been described as a horror film: it is produced by a team who specialize in cheap shockers. Yet it is no cheap shocker. Though it is tense, and even terrifying, it is no thriller. It is a serious and awful picture about the disintegration of a human being, and about the strange feelings that move her.

(Texte paru en 1965)

Répulsion Roman Polanski

Propos de...

"C'est un rôle extraordinaire. Carol est complexée, elle a peur des hommes. Elle redoute les relations charnelles, mais, au fond d'elle-même, elle les désire. La petite manucure douce et pure devient, malgré elle, vénéneuse. Dans ma carrière, j'ai rarement vu un sujet aussi passionnant."

(Texte paru en 1966)

Répulsion Roman Polanski

Les Trompettes de l'épouvante

L'épouvante (...) s'installe, sans explication superflue, avec tout l'attirail d'un régiment bien équipé: tambours, trompettes et brodequins. (...) Roman Polanski, par bonheur, n'est pas un technicien maladroit. La souplesse de sa caméra parvient (...) à nous faire admettre l'inadmissible.

(Texte paru en 1966)

Répulsion Roman Polanski

Pathological Path

(...) so skillful are the script by Polanski and (...) Brach and the careful, step-by-believable-step direction. (...) The first-rate black-and-white photography, the use of symbols and sounds (...) all add to the impressive film making in REPULSION.

(Texte paru en 1965)

Répulsion Roman Polanski

Un Film d'épouvante très britannique

C'est une mécanique parfaitement réglée, un suspense épuisant qui conduit à un insoutenable délire sanguinaire. (...) Chico Hamilton sait ménager, aussi bien que le cinéaste, son suspense sonore et musical.

(Texte paru en 1966)

Répulsion Roman Polanski

Ce qu'a osé faire Roman Polanski

RÉPULSION... Ce titre correspond plus encore à ce que le film de (...) Polanski nous fait ressentir qu'au sujet même de cette oeuvre éprouvante. (...) Catherine Deneuve (...) demeure (...) marquée, animée à mes yeux par ce qu'a osé faire d'elle, de son âme, sinon de son corps, Roman Polanski.

(Texte paru en 1966)

Répulsion Roman Polanski

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

. . de . Classement: .

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3