Go to main content
iamge nouvelles
2023-07-06 Martin Bilodeau

Rock Demers, le grand défricheur

Jules au pays d’Asha, en salle cette semaine, renvoie en écho le souvenir du regretté producteur des Contes pour tous.

Avec sa célèbre série des Contes pour tous, amorcée en 1984 avec La guerre des tuques, Rock Demers, disparu en 2021, s’est imposé au Québec comme le le père du cinéma jeunesse et le rocher auquel tous les autres producteurs dans ce créneau s’accrochent et mesurent.

Pensons à Nancy Florence Savard (Katak, le brave béluga), à Marie-Claude Beauchamp (La course des tuques), à Dominic James (Coco ferme), qui a repris le catalogue des Productions La Fête… Ou encore à Hany Ouichou, producteur de Jules au pays d’Asha, qui sort en salle cette semaine après une longue gestation durant laquelle Rock Demers a été impliqué de près, à titre de producteur exécutif.

« Il y a définitivement une filiation entre l’univers de Jules au pays d’Asha et celui des Contes pour tous », explique Hany Ouichou, rejoint par Mediafilm cette semaine. « [Rock Demers] n’a pas influencé directement le scénario ou les intentions, mais il est souvent venu valider les chemins qu’on prenait. Par exemple, quand on a arrêté notre choix sur Gaby Jourdain [qui joue Asha], on pensait aux personnages de Daphné dans La grenouille et la baleine ou celui de Fanny dans Bach et Bottine. Elle avait quelque chose d’espiègle, de vivant, de vrai ».

Rock Demers, qui a passé en entrevue des centaines d’enfants dans sa carrière, a conforté Hany Ouichou et son équipe [la productrice Kim O’Bomsawin et la scénariste-réalisatrice Sophie Farkas Bolla] dans leur choix. Ainsi que dans leur choix de distribuer Alex Dupras dans le rôle de Jules, le petit héros. À Ouichou, qui lui avait envoyé les enregistrement des auditions, le regretté producteur avait écrit: « C’est celui qui me semble le plus naturel, fait preuve du plus d’intériorité, de maturité, de sensibilité, de fragilité, qui ne fait pas « cute » tout en ayant un visage très intéressant et expressif que le spectateur ne se fatiguera pas de regarder pendant la durée du film. Et c’est celui qui naturellement a la meilleure élocution : on ne perd pas un mot de ce qu’il dit. »

Jules au pays d’Asha, conte initiatique sur fond de colonisation, est aussi le bienheureux symbole du rôle de défricheur que Rock Demers a joué dans le développement du cinéma pour enfants au Québec. Pour se le rappeler, Mediafilm vous propose de voir, ou de revoir, les meilleurs de ses Contes pour tous. Et d’aller voir en salle Jules au pays d’Asha.

FICHES RÉCENTES
  • Cinéma

    77e Festival de Cannes : le palmarès est dévoilé

    Le 77e Festival de Cannes se clôt avec le dévoilement d’un palmarès qui couronne le long métrage Anora du cinéaste Sean Baker.

    Publié le 25 mai 2024

    Cinéma

    77e Festival de Cannes : le palmarès est dévoilé

    Le 77e Festival de Cannes se clôt avec le dévoilement d’un palmarès qui couronne le long métrage Anora du cinéaste Sean Baker.


    Publié le 25 mai 2024
  • Portraits

    Richard Linklater : retour dans le temps

    Avec Hit Man, son 22e long métrage de fiction, le touche-à-tout texan Richard Linklater signe une comédie sentimentale à l’accent… d’un film de gangsters. Survol (pour l’occasion) d’une carrière faste.

    Publié le 22 mai 2024

    Portraits

    Richard Linklater : retour dans le temps

    Avec Hit Man, son 22e long métrage de fiction, le touche-à-tout texan Richard Linklater signe une comédie sentimentale à l’accent… d’un film de gangsters. Survol (pour l’occasion) d’une carrière faste.


    Publié le 22 mai 2024
  • Festivals

    7 choses entendues à la conférence de presse du film … The Apprentice

    Après Border et Holy Spider, récompensés à Cannes, Ali Abbasi effectue un retour controversé sur la Croisette avec The Apprentice, retraçant l'ascension de Donald Trump dans l’immobilier new yorkais des années 1970 et 1980.

    Publié le 21 mai 2024

    Festivals

    7 choses entendues à la conférence de presse du film … The Apprentice

    Après Border et Holy Spider, récompensés à Cannes, Ali Abbasi effectue un retour controversé sur la Croisette avec The Apprentice, retraçant l'ascension de Donald Trump dans l’immobilier new yorkais des années 1970 et 1980.


    Publié le 21 mai 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.