Go to main content
iamge nouvelles
2022-03-16 Éric Fourlanty

5 films de cinéastes autochtones

À l’occasion de la sortie en salle de Nouveau-Québec de Sarah Fortin, dont l’action se situe dans la communauté innue de Matimekush, nous vous proposons cinq films réalisés par des cinéastes issus des 11 Nations autochtones du Québec.

Sonia Bonspille-Boileau, réalisatrice d’origine mohawk, a réalisé deux solides films de fiction. Tout d’abord, Le Dep où, par le biais du film de genre, elle dépeint avec sensibilité les réalités autochtones en Outaouais. Puis, Rustic Oracle, dans lequel elle évoque avec empathie le drame des femmes autochtones disparues ou tuées, vu par le regard d’une fillette.

Dans Je m’appelle humain, la cinéaste abénakise Kim O’Bomsawin dresse un portrait délicat de la poétesse innue Joséphine Bacon en la suivant sur les lieux qui ont marqué son passé. Innu Nikamu - Chanter la résistance, de l’Innu Kevin Bacon Hervieux, retrace l'histoire du populaire Festival de musique Innu Nikamu de Maliotenam, véritable institution socio-culturelle de la Côte-Nord depuis plus de 35 ans.

Figure majeure du cinéma autochtone, et du cinéma tout court, l’artiste abénakise Alanis Obomsawin a tourné plus d’une quarantaine de documentaires. Parmi ceux-ci, le plus connu est certainement Kanehsatake: 270 Years of Resistance, sur le soulèvement Mohawk survenu en 1990.

FICHES RÉCENTES
  • Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.

    Publié le 20 avril 2024

    Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.


    Publié le 20 avril 2024
  • Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.

    Publié le 18 avril 2024

    Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.


    Publié le 18 avril 2024
  • Cinéma

    L’amour, la peur et Henry James: entretien avec Bertrand Bonello

    La Bête raconte, à trois époques différentes, la romance impossible entre un homme et une femme que l’amour aurait dû souder, mais que la peur a divisés.

    Publié le 16 avril 2024

    Cinéma

    L’amour, la peur et Henry James: entretien avec Bertrand Bonello

    La Bête raconte, à trois époques différentes, la romance impossible entre un homme et une femme que l’amour aurait dû souder, mais que la peur a divisés.


    Publié le 16 avril 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.