Aller au contenu principal
4

Désillusion (The Myth of Fingerprints)

É.-U. 1997. Drame psychologique de Bart Freundlich avec Noah Wyle, Julianne Moore, Blythe Danner. Un jeune homme retrouve sa famille après trois ans d'absence et renoue avec une ancienne flamme qui l'avait abandonné. Schéma dramatique assez convenu mais bien exploité. Personnages bien dessinés. Réalisation un peu fruste. Interprétation convaincante.

13 ans +
4

Désillusion (The Myth of Fingerprints)

13 ans + 13 ans +

É.-U. 1997. Drame psychologique de Bart Freundlich avec Noah Wyle, Julianne Moore, Blythe Danner.

Un jeune homme retrouve sa famille après trois ans d'absence et renoue avec une ancienne flamme qui l'avait abandonné. Schéma dramatique assez convenu mais bien exploité. Personnages bien dessinés. Réalisation un peu fruste. Interprétation convaincante. (sortie en salle: 31 décembre 1969)

Année :
Durée :
Réalisation :
Pays :
Distributeur :
Motion International
Hal et Lena, un couple de retraités vivant dans le Maine, reçoivent la visite de leurs quatre enfants lors du week-end de Thanksgiving. Warren, le plus jeune des deux fils, profite de son séjour pour revoir Daphne, son ancienne petite amie qui avait rompu leur relation sans explication. Il découvre que la jeune femme avait été la cible d'avances de la part de Hal. Cette révélation accentue le climat de tension entre ce dernier et sa progéniture.

L’AVIS DE MEDIAFILM

À sa première réalisation, le jeune Bart Freundlich met en images son propre scénario, qui explore les tensions ouvertes et latentes se manifestant au sein d'une famille. A partir de ce schéma plutôt convenu mais fiable, l'auteur parvient à fouiller les ressorts de la filiation familiale, en évitant cependant de faire l'apologie de la famille nucléaire américaine. Au contraire, celle-ci est dépeinte comme étant essentiellement dysfonctionnelle. Autour d'une brochette de personnages généralement bien dessinés (campés par une distribution impressionnante), Freundlich construit un enchaînement de saynètes dont la fluidité se révèle naturelle et captivante. Cette structure permet de conserver l'intérêt du spectateur en dépit d'une réalisation un peu fruste. Malgré cela, certains passages captés en plan général traitent la notion d'intimité de manière originale. Le jeu des interprètes s'avère fort convaincant.

Texte : Alain Dubeau

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3