Go to main content
3

Boy from Heaven

Suèd. 2022. Drame policier de Tarik Saleh avec Tawfeek Barhom, Fares Fares, Mehdi Dehbi. Un fils de pêcheur, admis à l'université Al-Azhar au Caire, est mêlé aux jeux de pouvoir pour la succession du grand imam de l'institution. Récit captivant et bien charpenté, au carrefour du polar et du traité religieux. Réalisation alerte et sans fioritures. Composition colorée de F. Fares. Jeu subtil de T. Barhom.

3

Boy from Heaven (Boy from Heaven)

Suèd. 2022. Drame policier de Tarik Saleh avec Tawfeek Barhom, Fares Fares, Mehdi Dehbi.

Un fils de pêcheur, admis à l'université Al-Azhar au Caire, est mêlé aux jeux de pouvoir pour la succession du grand imam de l'institution. Récit captivant et bien charpenté, au carrefour du polar et du traité religieux. Réalisation alerte et sans fioritures. Composition colorée de F. Fares. Jeu subtil de T. Barhom.

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Montage :
Distributeur :
Récompenses
Modeste fils de pêcheur, Adam a la chance d'être admis à l'université Al-Azhar, au Caire, une prestigieuse institution religieuse dirigée par un grand imam, considéré comme le chef spirituel des musulmans sunnites de la planète. Peu après la mort soudaine de ce dernier, Adam est témoin du meurtre d'un étudiant étranger par des individus masqués. Le jeune homme se voit alors contraint de collaborer avec un officier de police retors. Sa mission: infiltrer un groupe de partisans des Frères musulmans, soupçonnés d'avoir ourdi l'assassinat de l'étudiant, qui travaillait pour le policier. En effet, celui-ci est prêt à prendre les grands moyens pour empêcher un membre de ce mouvement fondamentaliste, accusé d'actes terroristes, de succéder au grand imam de l'université Al-Azhar.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Réalisateur suédois d'origine égyptienne, Tarik Saleh (le documentaire GITMO, le film d'animation METROPIA) s'est inspiré de l'actualité récente pour concocter un récit captivant et bien charpenté, au carrefour du polar, du drame politique et du traité religieux. De fait, il faut entendre comment le personnage d'Adam, toujours sur la corde raide, se sort invariablement d'affaire en citant judicieusement l'un ou l'autre précepte du Coran. Ou encore, constater de quelle manière un concours de récitation liturgique entre étudiants en vient presque à ressembler à une "battle" de rap. Constamment sur le qui-vive, la réalisation de Saleh se garde toutefois de faire de l'épate stylistique. La composition colorée de Fares Fares (JALLA! JALLA!, LA COMMUNAUTÉ) en policier hirsute et goguenard forme un heureux contraste avec le jeu intériorisé et subtil de Tawfeek Barhom (DANCING ARABS). (Texte rédigé en mai 2022, dans le cadre du Festival de Cannes)

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3