Aller au contenu principal
5

Pour vivre ici

Qué. 2018. Drame psychologique de Bernard Émond avec Élise Guilbault, Sophie Desmarais, Danny Gilmore. En deuil de son mari, une infirmière retraitée de Baie-Comeau trouve davantage de réconfort auprès de l'ex-petite amie de son fils décédé que de ses deux autres enfants. Méditation ténue sur le deuil et l'ingratitude filiale. Narration redondante, au ton romanesque emprunté. Mise en images sereinement poétique. Jeu sobre mais inégal d'É. Guilbault. (sortie en salle: 23 février 2018)

Général
5

Pour vivre ici (Pour vivre ici)

Général Général

Qué. 2018. Drame psychologique de Bernard Émond avec Élise Guilbault, Sophie Desmarais, Danny Gilmore.

En deuil de son mari, une infirmière retraitée de Baie-Comeau trouve davantage de réconfort auprès de l'ex-petite amie de son fils décédé que de ses deux autres enfants. Méditation ténue sur le deuil et l'ingratitude filiale. Narration redondante, au ton romanesque emprunté. Mise en images sereinement poétique. Jeu sobre mais inégal d'É. Guilbault. (sortie en salle: 23 février 2018)

Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Montage :
Pays :
Distributeur :
Les Films Séville
Ébranlée par la mort subite de son époux, modeste ouvrier de Baie-Comeau reconnu pour sa bonté, Monique erre sans but dans les rues enneigées de la ville. Puis, au contact d'un ami de la famille, l'infirmière retraitée décide d'aller visiter ses enfants à Montréal. Mais son fils, architecte surchargé de travail jonglant avec les exigences de la garde partagée, a peu de temps à lui consacrer. Monique trouve encore moins de réconfort auprès de sa fille journaliste, qui quitte d'urgence pour l'étranger, lui laissant la garde de son appartement. Sans se démonter, la visiteuse de la Côte-Nord appelle Sylvie, l'ex-petite amie de son autre fils, décédé il y a quinze ans. Auprès de la jeune éducatrice qui a voué sa vie aux enfants autistes, Monique trouve enfin l'occasion de partager des souvenirs de son défunt mari. L'idée lui vient alors de retourner dans son patelin natal du nord de l'Ontario, où elle n'a pas mis les pieds depuis l'adolescence.

L’AVIS DE MEDIAFILM

LA FEMME QUI BOIT se mue en "femme qui marche", du moins dans le premier tiers de cette quatrième collaboration entre l'actrice Élise Guilbault et le réalisateur Bernard Émond. Hélas, POUR VIVRE ICI est loin d'atteindre la grâce de LA NEUVAINE, leur plus belle réussite en commun. Tout au long de cette austère méditation sur le deuil et le retour aux origines, assortie d'un commentaire sur l'ingratitude filiale librement inspiré du TOKYO STORY d'Ozu, Guilbault s'efforce d'exprimer la détresse et la déception de sa protagoniste non par la parole, mais par les regards. Sans doute conscient que ceux-ci ne parvenaient pas toujours à traduire le monde intérieur de son héroïne, malgré les louables efforts de son interprète, Émond a eu recours à une narration omnisciente et solennelle, lue par Angèle Coutu. Or, au lieu d'ajouter de la profondeur au récit, ces descriptions souvent redondantes, au ton romanesque emprunté, mettent davantage en évidence sa minceur et son artificialité. La mise en images est néanmoins inspirée et sereinement poétique, avec ses beaux paysages hivernaux de la Côte-Nord et ses décors montréalais tout aussi authentiques.

Texte : Louis-Paul Rioux

Revue de presse

Le devenir du monde

"face à ce nouvel opus qui pourrait avoir valeur testamentaire et prétendre au statut d’oeuvre-somme puisqu’il s’agirait selon le réalisateur de son dernier film, force est de constater qu’il n’y a plus aujourd’hui grande source d’étonnement à l’écran pour le spectateur. Campé sur les sentiers battus d’un territoire imaginaire maintes fois arpenté, POUR VIVRE ICI reproduit de fait un système figé, fonctionnant en boucle, qui aurait perdu en chemin une partie de sa vitalité."

Pour vivre ici Bernard Émond

Critique

"Après avoir perdu son mari, Monique n’est jamais seule même si le film ne cesse de le répéter par le biais d’une voix-off qui ne fait que dicter au spectateur ce qu’il est censé ressentir sur le moment."

Pour vivre ici Bernard Émond

L'âme en road movie

"Et puis, il y a Élise Guilbault. Retrouvant Bernard Émond une quatrième fois, l'actrice, dont l'approche du jeu vise ici le dépouillement, est une fois de plus remarquable en communiquant au spectateur les moindres vibrations de son personnage, avec une grande économie de moyens. Du grand art."

Pour vivre ici Bernard Émond

Chronique d'une résurrection annoncée

"POUR VIVRE ICI évoque avec délicatesse, sans éclats mélodramatiques, l’histoire de cette renaissance après la mort de ceux qu’on aime, et une radiographie de l’effritement des liens familiaux, le tout décrit par la voix mélancolique d’Angèle Coutu, narratrice distanciée de ce road-movie aux accents parfois mystiques."

Pour vivre ici Bernard Émond

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3