Goto main content
4

Love, Gilda

É.-U. 2018. Documentaire de Lisa Dapolito . Portrait de l'humoriste Gilda Radner, star de l'émission satirique "Saturday Night Live" au cours des années 1970, décédée à 42 ans des suites d'un cancer des ovaires. Carrière et vie personnelle relatées de manière exhaustive. Regard manquant de profondeur. Montage parfois trop rapide de documents d'archives. G. Radner attachante et irradiante. (sortie en salle: 21 septembre 2018)

Général
4

Love, Gilda (Love, Gilda)

Général Général

É.-U. 2018. Documentaire de Lisa Dapolito .

Portrait de l'humoriste Gilda Radner, star de l'émission satirique "Saturday Night Live" au cours des années 1970, décédée à 42 ans des suites d'un cancer des ovaires. Carrière et vie personnelle relatées de manière exhaustive. Regard manquant de profondeur. Montage parfois trop rapide de documents d'archives. G. Radner attachante et irradiante. (sortie en salle: 21 septembre 2018)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Musique :
Pays :
Née à Détroit en 1946, Gilda Radner grandit au sein d'une famille heureuse et plutôt aisée. En surpoids durant son enfance, elle comprend rapidement que l'humour est la meilleure défense contre les quolibets. Une attitude qu'elle conservera tout au long de sa vie et qui lui permettra de cacher ses blessures profondes, dont celle causée par le décès de son père quand elle avait 14 ans. D'abord engagée dans une troupe à Toronto, puis dans celle de "Second City" où elle développe son sens de l'improvisation, Gilda est choisie en 1975 pour faire partie de la nouvelle émission satirique "Saturday Night Live". Partageant la vedette avec John Belushi, Chevy Chase et Bill Murray, elle devient la favorite du public, grâce à son humour physique et son exubérance. Malheureusement, sa carrière, qui se déploie également sur scène et au cinéma (grâce auquel elle rencontrera son amoureux Gene Wilder), s'interrompt brutalement. Un cancer des ovaires l'emporte en 1989, à l'âge de 42 ans.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Hormis les interventions d'Amy Poehler, Martin Short et Bill Hader, LOVE, GILDA repose essentiellement sur des documents d'archives et des enregistrements audio de l'humoriste, pour composer de cette dernière un portrait exhaustif, tant professionnel que personnel. Explorant tout particulièrement le sens unique de la comédie physique de Radner, d'une présence attachante et irradiante à l'écran, le film semble néanmoins vouloir couvrir un maximum de thèmes en un minimum de temps. Entre sketchs et commentaires informatifs ou introspectifs, l'ensemble pâtit d'un montage trop rapide de très brefs extraits. D'où l'impression d'un survol plutôt que d'un regard profond et éclairé sur une artiste d'exception, hélas disparue trop tôt.

Texte : Helen Faradji

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Can. 2018. Film d'essai de Jennifer Alleyn avec Pascale Bussières, Emmanuel Schwartz, Jennifer Alleyn. Classement: Général.

Une cinéaste en peine d'amour entreprend la production d'un film inspiré de ce thème. Prenant du retard et disposant d'un budget très modeste, elle se résout à faire de douloureux compromis, allant même jusqu'à changer de comédien en plein milieu du tournage.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3