Go to main content
5

The Neon Demon

É.-U. 2016. Drame d'horreur de Nicolas Winding Refn avec Elle Fanning, Jena Malone, Karl Glusman. À Los Angeles, le succès instantané d'une mannequin de 16 ans provoque la jalousie morbide de ses consoeurs, qui ont déjà quelques années au compteur. Exercice de style nihiliste et sans âme sur le pouvoir de la beauté. Scénario minimaliste, sans grand pouvoir d'évocation. Distribution fantomatique. J. Malone solide. (sortie en salle: 24 juin 2016)

16 ans +
5

The Neon Demon (The Neon Demon)

16 ans + 16 ans +

É.-U. 2016. Drame d'horreur de Nicolas Winding Refn avec Elle Fanning, Jena Malone, Karl Glusman.

À Los Angeles, le succès instantané d'une mannequin de 16 ans provoque la jalousie morbide de ses consoeurs, qui ont déjà quelques années au compteur. Exercice de style nihiliste et sans âme sur le pouvoir de la beauté. Scénario minimaliste, sans grand pouvoir d'évocation. Distribution fantomatique. J. Malone solide. (sortie en salle: 24 juin 2016)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Musique :
Montage :
Jesse, provinciale de 16 ans, rêve d'une carrière de top-model à Los Angeles, où elle a élu domicile dans un motel. À l'occasion d'une séance de photos dirigée par son petit ami Dean, elle fait la connaissance de Ruby, une maquilleuse. Impressionnée par la beauté pure de Jesse, cette dernière la met en contact avec Roberta Hoffman, une agente redoutable qui lui fait signer un contrat et la met au travail. Rapidement, la fascination que la jeune fille exerce sur les photographes et les créateurs de mode lui procure un travail stable, et met à mort son innocence. Mais son succès provoque la jalousie morbide de ses consoeurs qui, ayant déjà quelques années au compteur, ont perdu un peu de leur éclat et de leur saveur.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Les mirages de la célébrité, les périls de l'ambition, le pouvoir de la beauté. Ces thèmes ne sont guère neufs au cinéma, et la vision nihiliste qu'en présente Nicolas Winding Refn dans THE NEON DEMON non plus. Ce démon de l'intérieur, qui sème la mort au pays de l'image absolue et de la jeunesse éternelle, agit comme une faible métaphore du monde moderne, mais sert avant tout de prétexte à un exercice de style au croisement de MULLHOLLAND DRIVE et CAT PEOPLE. Dans la continuité de son précédent et mal aimé ONLY GOD FORGIVES, un exercice là encore, mais qui ne sacrifiait rien au sens, le cinéaste danois issu de la publicité enchaîne les scènes comme autant de pages d'un magazine glacé. Le résultat, beau mais sans âme, est à l'occasion risible, par la faute d'un scénario minimaliste (un choix défendable au demeurant), dépourvu d'un vrai pouvoir d'évocation, et dont le dernier acte, propulsé par un retournement inattendu, semble totalement superflu. Au sein d'une distribution dans la retenue et presque fantomatique, la solide et atypique Jena Malone est la seule à défendre un vrai personnage. (Texte rédigé en mai 2016, dans le cadre du Festival de Cannes - Sélection officielle, compétition)

Texte : Martin Bilodeau

Revue de presse

Ennuyeux

La nature a horreur du vide et le vide habite totalement cet exercice de style vain et hypersophistiqué qui prétend dénoncer la dictature de la beauté. (...) Lent, glacé, (...) ce drame aussi narcissique que son sujet est formaté comme un clip de 2h, qui racole avec des promesses de vampires.

Neon Demon, The Nicolas Winding Refn

La Vie chair

(...) une dénonciation du vampirisme à l’œuvre dans le système, rien de nouveau. (...) Le plus gênant [est] que THE NEON DEMON succombe tout entier au narcissisme qu’il entend fustiger, trop heureux de se contempler dans sa coulée de plans archiléchés pour que la charge porte un quelconque coup.

Neon Demon, The Nicolas Winding Refn

Le Doigt d'honneur kamikaze de Nicolas Winding Refn

Personnages désincarnés, trame vide, (...) accélération du grotesque au dernier virage: visuellement glacé, rarement glaçant, THE NEON DEMON ne donne pratiquement rien au spectateur pour se réjouir. Si ce n'est une immersion esthétique souvent fascinante, certes, mais désespérément sans vie.

Neon Demon, The Nicolas Winding Refn

Sous le gloss et les néons, un néant glacé

Tout ceci pourrait n’être qu’une grande coquille vide et rutilante, s’il n’était porté par la présence troublante d’Elle Fanning qui, depuis ses prestations dans TWIXT, de Francis Ford Coppola, et SUPER 8, de J. J. Abrams, apparaît comme un parfait petit ange du bizarre, doublé ici d’une vierge écarlate.
Neon Demon, The Nicolas Winding Refn

Nicolas Winding Refn: songe-creux ou artiste inspiré?

La lenteur du récit, les silences systématiques, l'horreur calibrée des scènes finales, tout est tiré au cordeau. On est à l'opposé du cinéma actuel, qui privilégie la vitesse et les effets spéciaux. Le contraste est déstabilisant, presque choquant. (...) On aime ou pas, mais le film laisse une marque puissante.

Neon Demon, The Nicolas Winding Refn

Horreur et sophistication

(...) on se solidarise de ce cinéma de pure sensation, de cet auteur fétichiste qui cultive l’étrangeté, frise l’abstraction et compose des plans d’une sophistication inouïe. (...) Mais l’on rechigne un peu à le suivre dans ses délires nécrophiles et voyeuristes.

Neon Demon, The Nicolas Winding Refn

La Beauté et le grand vide

Les couleurs saturées, la lumière des néons, la chair et sa carnation... Sophistiquée et crue, cette guerre des belles est d'une futilité perverse, sexy, sanglante, fun. Le film montre la va­nité et le clonage partout, le miroir permanent tendu entre les filles. C'est à la fois enchanteur et forcément amer.

Neon Demon, The Nicolas Winding Refn

Une Oeuvre dérangeante sur le mannequinat

Tout y est factice, creux, glacé, dénué d'humanité. (...) Refn filme le vide par le vide. (...) Derrière cette apparente vacuité, d'une force visuelle étonnante, (...) se cache une oeuvre dérangeante qui pointe les dérives d'un monde qui s'invente sans cesse une nouvelle raison d'être pour ne pas mourir.

Neon Demon, The Nicolas Winding Refn

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2022. Drame de Frédéric Tellier avec Gilles Lellouche, Pierre Niney, Emmanuelle Bercot. Classement: .

En France, un avocat spécialisé en droit environnemental et une militante écologiste se battent chacun de leur côté pour faire interdire un pesticide mortel, dont les avantages économiques sont âprement défendues par un lobbyiste influent.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3