Goto main content
4

Les Êtres chers

Can. 2015. Chronique de Anne Émond avec Maxim Gaudette, Karelle Tremblay, Valérie Cadieux. Sur une vingtaine d'années, les tourments d'un ébéniste du Bas St-Laurent et de sa famille, marqués par le suicide du patriarche. Opus sincère et personnel sur la transmission du mal de vivre. Ensemble un peu timide fondé sur l'évocation et les non-dits. Bonnes compositions d'images et de climat. Brillant M. Gaudette. (sortie en salle: 20 novembre 2015)

Général (déconseillé aux jeunes enfants)
4

Les Êtres chers (Les Êtres chers)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)

Can. 2015. Chronique de Anne Émond avec Maxim Gaudette, Karelle Tremblay, Valérie Cadieux.

Sur une vingtaine d'années, les tourments d'un ébéniste du Bas St-Laurent et de sa famille, marqués par le suicide du patriarche. Opus sincère et personnel sur la transmission du mal de vivre. Ensemble un peu timide fondé sur l'évocation et les non-dits. Bonnes compositions d'images et de climat. Brillant M. Gaudette. (sortie en salle: 20 novembre 2015)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Bas St-Laurent, 1978. La famille Leblanc est secouée par le suicide du père, Guy. Afin de protéger David, le cadet hypersensible, sa soeur et son frère font croire à un infarctus. Héritier des outils de son père, David bâtit son atelier de menuiserie, où il développe sa spécialité: les marionnettes en bois. Un soir de Noël, il fait la connaissance de Marie, qui devient son épouse. De leur union naissent Frédéric et Laurence. Avec cette dernière, David forge une relation complice qui, malgré une rupture de confiance temporaire, se prolongera à l'âge adulte. De plus en plus en proie au mal de vivre qui a eu raison de son père, David s'enferme dans le silence, tandis que Laurence, qui présente les mêmes traits psychologiques, les sublime dans la création littéraire, passion qui l'a conduite jusqu'à Montréal.

L’AVIS DE MEDIAFILM

La Québécoise Anne Émond signe avec ce second long métrage un opus beau, mais imparfait, sur le thème de la transmission. La voix qui le porte sonne néanmoins tout aussi sincère et personnelle que dans NUIT #1, tout en rompant radicalement avec l'unité de temps et de lieu qui caractérisaient ce premier film. En effet, LES ÊTRES CHERS se déploie en plusieurs décors et saisons, sur une vingtaine d'années marquées par un fil conducteur: le mal de vivre en miroir d'un père et de sa fille. Réalisé avec un soin méticuleux ainsi qu'un sens discret de la composition (d'images et d'atmosphère, à parts égales), l'ensemble apparaît toutefois un peu timide, voire tourné vers l'intérieur. À force d'évocation et de non-dits, Émond donne peu de prise aux spectateurs, et devient elle-même l'esclave de son parti pris: raconter deux décennies en seulement 102 minutes. Du coup, on manque d'apercevoir le passage du temps sur les visages, en particulier sur celui du brillant et habité Maxim Gaudette, qui projette avec ses yeux toute la fatigue de son personnage. (Texte rédigé en septembre 2015, dans le cadre du Festival international du film de Toronto)

Texte : Martin Bilodeau

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Film d'animation de Joel Crawford. Classement: Général.

Les Crood, un clan préhistorique, font la rencontre des Betterman, plus évolués et vivant dans un site luxuriant. Reconnaissant un des leurs parmi ces étrangers mal dégrossis, les parents Betterman manoeuvrent afin de le séparer de sa compagne, au profit de leur fille.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3