Aller au contenu principal
3

Les Démons

Qué. 2015. Drame de Philippe Lesage avec Édouard Tremblay-Grenier, Pier-Luc Funk, Victoria Diamond. Alors qu'une vague d'enlèvements de garçons sévit dans son quartier résidentiel de Longueuil, un gamin de 10 ans se laisse peu à peu dominer par ses angoisses. Climat oppressant. Audacieuse rupture de perspective dans le dernier tiers. Emploi expressif de la musique. Plans-séquences placides et précis. Jeu saisissant d'É. Tremblay-Grenier. (sortie en salle: 30 octobre 2015)

13 ans +
3

Les Démons (Les Démons)

13 ans + 13 ans +

Qué. 2015. Drame de Philippe Lesage avec Édouard Tremblay-Grenier, Pier-Luc Funk, Victoria Diamond.

Alors qu'une vague d'enlèvements de garçons sévit dans son quartier résidentiel de Longueuil, un gamin de 10 ans se laisse peu à peu dominer par ses angoisses. Climat oppressant. Audacieuse rupture de perspective dans le dernier tiers. Emploi expressif de la musique. Plans-séquences placides et précis. Jeu saisissant d'É. Tremblay-Grenier. (sortie en salle: 30 octobre 2015)

Félix, 10 ans, vit avec ses parents, sa grande soeur et son frère aîné dans un paisible quartier résidentiel de Longueuil. Le gamin partage son temps entre son meilleur ami Mathieu, amateur comme lui de films d'horreur, ses sorties à la piscine et ses tentatives pour attirer l'attention de sa prof d'éducation physique. Mais à l'approche des vacances scolaires, Félix se laisse dominer par ses angoisses, causées par les disputes entre ses parents, les rapprochements secrets entre son père et la mère de Mathieu, sa sexualité naissante et les légendes urbaines qui courent. Tandis qu'une série d'enlèvements de jeunes garçons bouleverse le quartier, la frontière entre le réel et l'imaginaire perturbé de Félix s'amenuise.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Réfutant l'idée reçue selon laquelle enfance est synonyme d'innocence, Philippe Lesage la fait rimer avec anxiété et terreur dans cette production vaguement autobiographique campée dans la banlieue québécoise à la fin des années 1980. Mixant fort habilement musique classique solennelle et thèmes proches du cinéma d'épouvante, le documentariste (CE COEUR QUI BAT, LAYLOU) forge dans ce premier film de fiction un climat oppressant, et dessine une intrigue dont la tension va crescendo. Paradoxalement, les plans-séquences placides, larges et précis, nimbés par une photographie veloutée, contribuent à accentuer le malaise. Le dernier tiers du récit accuse quelques longueurs et une rupture de perspective brutale (quoique audacieuse), mais le film parvient à préserver son équilibre entre intériorité psychologique, imaginaire et naturalisme attentif. Empathique, mais s'autorisant une description froide des cruautés de l'enfance, Lesage obtient de ses interprètes, le petit Édouard Tremblay-Grenier en tête, des performances saisissantes.

Texte : Helen Faradji

COMMENTAIRES

09 août 2016, 03:32:00

Par : Jason Plante, Gatineau

Les plans sequences sont precis, de maniere a ce que l'histoire puisse se lire sobrement. Les acteurs, dignes d'etre Quebecois, ont le "verbage" facile, a peu pres tous, le verbe facile, ce qui fait la qualite du cinema Quebecois. Le film peut facilement se comparer a Mullholland Drive de David lynch, version Quebecoise. Il fait partie de MA liste de classiques, et il est dans ma liste d'achat DVD... Une vraie "drogue"... pour le mental, mais Lesage a le paln camera (trop) facile...

J'attribue à ce film la Cote 3


Revue de presse

Entre deux mondes

(...) LES DÉMONS frappe (...) par la direction photo de Nicolas Canniccioni [et ses] longs plans-séquences, ce qui crée une tension constante. (...) il faut également souligner la justesse des performances des jeunes comédiens, Édouard Tremblay-Grenier en tête.

Démons, Les Philippe Lesage

L’Enfance-caméra

(...) LES DÉMONS ne cherche pas tant à broder un récit qu’à rendre compte d’un âge et de l’état d’esprit qui s’y rattache. L’auteur, qui a puisé dans ses propres affres juvéniles, (...) dit avoir voulu fuir les codes cinématographiques traditionnels. C’est ce qu’il a fait, et bien fait.

Démons, Les Philippe Lesage

LES DÉMONS' Otherness Heightens Boy's Everyday Fears

The whole drama rests on the shoulders of young first-time actor Tremblay-Grenier (...) and he is nothing short of astonishing, perfectly capturing the angst of this troubled boy. The other actors do just fine - notably Funk and Bussières - but this is Tremblay-Grenier’s movie.

Démons, Les Philippe Lesage

"Tout est mise en scène"...

Film d’images fortes et éloquentes, (...) LES DÉMONS est aussi un film éminemment «sonore». Si la musique, de Sibelius à Bach, est exceptionnellement bien utilisée, les sons réels sont également traités (montés) avec un soin et une créativité hors du commun.

Démons, Les Philippe Lesage

Angoisses d'enfant

Très rigoureuse, la mise en scène est (...) construite de façon à ce que le monde des adultes soit exposé à travers le regard d'un enfant que tout inquiète. Au centre du récit, Édouard Tremblay-Grenier se glisse avec aisance dans la peau de cet enfant angoissé.

Démons, Les Philippe Lesage

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3