Goto main content
5

Le Règne de la beauté

Can. 2014. Drame sentimental de Denys Arcand avec Éric Bruneau, Mélanie Thierry, Melanie Merkosky. Alors qu'il siège sur un jury à Toronto, un architecte québécois, qui vit avec une femme souffrant de troubles anxieux, passe une nuit avec une fonctionnaire culturelle mariée. Scénario dénué d'enjeux dramatiques. Célébration sereine de la beauté plombée par un discours sentencieux sur l'architecture. Personnages mal définis. Mise en images léchée. Interprètes peu habités. (sortie en salle: 15 mai 2014)

13 ans + (érotisme)
5

Le Règne de la beauté (Le Règne de la beauté)

13 ans + (érotisme) 13 ans + (érotisme)

Can. 2014. Drame sentimental de Denys Arcand avec Éric Bruneau, Mélanie Thierry, Melanie Merkosky.

Alors qu'il siège sur un jury à Toronto, un architecte québécois, qui vit avec une femme souffrant de troubles anxieux, passe une nuit avec une fonctionnaire culturelle mariée. Scénario dénué d'enjeux dramatiques. Célébration sereine de la beauté plombée par un discours sentencieux sur l'architecture. Personnages mal définis. Mise en images léchée. Interprètes peu habités. (sortie en salle: 15 mai 2014)

Alors qu'il siège sur un jury à Toronto, l'architecte Luc passe une nuit avec Lindsay, une fonctionnaire culturelle mariée. De retour chez lui, dans la région de Charlevoix, le trentenaire, rongé par la culpabilité, n'ose regarder en face son épouse Stéphanie, qu'il a vue embrasser la conjointe de leur amie médecin. Mais c'est la santé mentale de sa compagne qui inquiète le plus le jeune professionnel. En effet, Stéphanie, monitrice de sport d'origine française, vit parfois des épisodes anxieux intenses qui lui font perdre le contact avec la réalité. Pourtant, quelques mois plus tard, Luc la laisse seule à la maison pour retrouver à Québec Lindsay, maintenant en instance de divorce.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Pendant cinq décennies, Denys Arcand a radiographié la société québécoise sur un mode caustique et désanchanté, de ON EST AU COTON à L'ÂGE DES TÉNÈBRES en passant par RÉJEANNE PADOVANI et JÉSUS DE MONTRÉAL. Le cinéaste revient à pas feutrés au cinéma avec ce modeste drame sentimental, doublé d'une méditation sereine sur la beauté. Celle des conceptions architecturales, des paysages de Charlevoix, des vieux quartiers de Québec, mais aussi du corps humain. De fait, la mise en images d'Arcand n'a jamais été aussi léchée. Hélas, ce bel emballage enferme un scénario d'une étonnante vacuité, sans véritable enjeu dramatique, outre quelques pistes de réflexion prometteuses mais vite abandonnées sur la culpabilité, la santé mentale et les soins de fin de vie. Le film est en outre plombé par un discours sentencieux sur l'importance de l'architecture, et peuplé de personnages mal définis. Difficile alors pour les interprètes, pourtant doués, de donner à ceux-ci une quelconque consistance.

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame de Chloé Zhao avec Frances McDormand, David Strathairn, Linda May. Classement: En attente de classement.

Au chômage depuis la fermeture de sa ville minière du Nevada, une veuve sexagénaire adopte un mode de vie nomade, en parcourant le pays à bord de sa camionnette et en trouvant de petits boulots temporaires à chacune de ses haltes.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3