Goto main content
3

La Grande Beauté (La Grande Bellezza)

It. 2013. Comédie dramatique de Paolo Sorrentino avec Toni Servillo, Carlo Verdone, Sabrina Ferilli. Un journaliste vieillissant, qui appartient à l'élite culturelle romaine, prend soudainement conscience de la vacuité de son existence. Dénonciation baroque et flamboyante de la haute société romaine. Quelques longueurs. Mise en scène virtuose. Composition complexe du charismatique T. Servillo. (sortie en salle: 24 janvier 2014)

Général
3

La Grande Beauté (La Grande Bellezza)

Général Général

It. 2013. Comédie dramatique de Paolo Sorrentino avec Toni Servillo, Carlo Verdone, Sabrina Ferilli.

Un journaliste vieillissant, qui appartient à l'élite culturelle romaine, prend soudainement conscience de la vacuité de son existence. Dénonciation baroque et flamboyante de la haute société romaine. Quelques longueurs. Mise en scène virtuose. Composition complexe du charismatique T. Servillo. (sortie en salle: 24 janvier 2014)

Jep Gambardella, 65 ans, appartient à l'élite régnant sur la vie culturelle et mondaine de Rome. Sa position privilégiée et le respect qu'elle lui apporte, le séduisant journaliste les doit à "L'appareil humain", un roman qu'il a publié il y a plus de 40 ans et qui lui a valu éloges et dithyrambes. Mais aujourd'hui, Jep ressent une grande lassitude. Les fêtes et soirées dantesques, qu'il honore de sa présence quotidiennement, lui semblent désormais vides et vaines. Son superbe appartement surplombant le Colisée lui paraît terne. L'alcool, dont tous abusent pour mieux entretenir l'illusion de leur propre puissance, n'a plus le même goût. Amer, cynique, dégoûté de lui-même et de son milieu, il ne parvient plus à s'échapper que dans le souvenir de cet amour de jeunesse dont il tente à tout prix de ressusciter la fraîcheur et l'innocence.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Baroque, flamboyant, débordant d'idées et de trouvailles esthétiques, LA GRANDE BELLEZZA épate par sa mise en scène d'une virtuosité à couper le souffle. Cinquante ans après le cynique et désenchanté LA DOLCE VITA de Fellini, Paolo Sorrentino (IL DIVO, THIS MUST BE THE PLACE) observe à son tour la décadence et la vacuité de la haute société italienne avec une férocité cinglante, presque carnassière, parant Rome d'une aura aussi sublime que délétère. Malgré quelques longueurs et un propos parfois répétitif tendant à court-circuiter l'émotion, la démesure de l'oeuvre, tant sur le fond que dans la forme, demeure singulière et saisissante. Le comédien fétiche de Sorrentino, le charismatique Toni Servillo, réussit l'exploit d'être aussi ironique qu'attachant dans une composition d'une grande complexité.

Texte : Helen Faradji

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2019. Drame de Edouard Bergeon avec Guillaume Canet, Veerle Baetens, Anthony Bajon. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

1979. Pierre reprend en main la ferme de son père. Dix-sept ans plus tard, marié et père à son tour, il lutte pour maintenir l'entreprise familiale à flot, dans un contexte socio-économique de plus en plus difficile.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3