Goto main content
4

Karakara

Jap. 2012. Comédie dramatique de Claude Gagnon avec Gabriel Arcand, Youki Kudoh, Megumi Tomita. Fuyant son mari violent, une Japonaise quadragénaire impose sa présence à un ex-professeur de littérature québécois, qui souhaitait faire à Okinawa un voyage empreint de tranquillité. Quête existentielle prenant la forme d'un road movie accidenté. Ton humoristique malgré la gravité du sujet. Réalisation soignée. Paysages magnifiques. Interprètes attachants. (sortie en salle: 31 août 2012)

Général
4

Karakara (Karakara)

Général Général

Jap. 2012. Comédie dramatique de Claude Gagnon avec Gabriel Arcand, Youki Kudoh, Megumi Tomita.

Fuyant son mari violent, une Japonaise quadragénaire impose sa présence à un ex-professeur de littérature québécois, qui souhaitait faire à Okinawa un voyage empreint de tranquillité. Quête existentielle prenant la forme d'un road movie accidenté. Ton humoristique malgré la gravité du sujet. Réalisation soignée. Paysages magnifiques. Interprètes attachants. (sortie en salle: 31 août 2012)

Dans l'archipel japonais d'Okinawa, où il vient de compléter un atelier de Qigong, Pierre, professeur de littérature à la retraite, fait la connaissance de Junko, une mère de famille dans la quarantaine qui lui offre ses services d'interprète. Au contact de ce tranquille sexagénaire montréalais, avec qui elle fait fiévreusement l'amour, Junko se sent revivre. Fuyant son mari qui l'a battue une fois de trop, elle supplie Pierre de l'emmener avec lui dans une île au Nord de l'archipel, où il compte rencontrer une légende vivante du tissage des fibres de bananes. Au fil de ce périple moins paisible que prévu, le Québécois apprend à mieux connaître sa compagne de voyage, à qui il finira par révéler les véritables motifs de son séjour au Japon.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Claude Gagnon (KEIKO, THE PIANIST), le plus japonais des cinéastes québécois, persiste dans la veine de la quête existentielle exotique avec KARAKARA. Un titre du reste judicieusement choisi - "kara" signifiant en langue nippone "vide" - pour illustrer le ressourcement progressif des deux protagonistes en crise. Mais en optant cette fois pour la formule du road movie accidenté, Gagnon injecte plus d'humour que dans son précédent KAMATAKI, conférant par moments à ce nouveau film des airs de "screwball comedy" assez rafraîchissants. Et ce, malgré la gravité de certains sujets, dont la violence conjugale, le deuil et la fin d'une longue amitié. Par contre, la sagesse des anciens et la transmission de leur savoir (un thème cher à l'auteur), manque ici de subtilité dans son traitement. La mise en scène soignée, jamais ostentatoire, profite des magnifiques paysages de la région d'Okinawa, trop peu exploités au cinéma. Le jeu sobre du rare Gabriel Arcand (POST MORTEM, MAMAN EST CHEZ LE COIFFEUR) et celui, plus coloré, de Youki Kudoh (MYSTERY TRAIN, SNOW FALLING ON CEDARS), ajoutent à la réussite de l'entreprise.

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame de Chloé Zhao avec Frances McDormand, David Strathairn, Linda May. Classement: En attente de classement.

Au chômage depuis la fermeture de sa ville minière du Nevada, une veuve sexagénaire adopte un mode de vie nomade, en parcourant le pays à bord de sa camionnette et en trouvant de petits boulots temporaires à chacune de ses haltes.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3