Goto main content
2

L'Arbre de la vie (The Tree of Life)

É.-U. 2011. Chronique de Terrence Malick avec Brad Pitt, Hunter McCracken, Jessica Chastain. Tout en se remémorant son enfance au Texas auprès d'un père tyrannique, un architecte new-yorkais s'interroge sur la façon dont ses origines s'imbriquent avec celles de l'univers. Grand poème lyrique et philosophique. Réflexion admirablement articulée sur la nature et l'Homme. Direction-photo sublime. Interprétation de tout premier ordre. (sortie en salle: 17 juin 2011)

Général
2

L'Arbre de la vie (The Tree of Life)

Général Général

É.-U. 2011. Chronique de Terrence Malick avec Brad Pitt, Hunter McCracken, Jessica Chastain.

Tout en se remémorant son enfance au Texas auprès d'un père tyrannique, un architecte new-yorkais s'interroge sur la façon dont ses origines s'imbriquent avec celles de l'univers. Grand poème lyrique et philosophique. Réflexion admirablement articulée sur la nature et l'Homme. Direction-photo sublime. Interprétation de tout premier ordre. (sortie en salle: 17 juin 2011)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Pays :
Distributeur :
Récompenses
Jack, un architecte établi à New York, se remémore son enfance dans les années 1950 à Waco, Texas, auprès d'un père tyrannique et complexé, d'une mère lumineuse mais soumise, et de ses deux jeunes frères. Puis, de la mort à la guerre du cadet, qui a figé sa famille dans un état de tristesse perpétuelle. Aspiré dans la spirale du souvenir, ses démons et son enfance remontent à la surface en images furtives ou en segments de vie précis: les jeux cruels auxquels il se livrait avec les gamins du voisinage; le silence pesant de ses parents entre eux; les colères de son orgueilleux père, qui l'a poussé à la révolte, etc. À travers ces réminiscences sur ses propres origines, Jack s'interroge sur celles du monde, et comment l'une et l'autre s'imbriquent.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Arrivé sur nos écrans après plusieurs délais qui ont fait croître les attentes, le cinquième long métrage de Terrence Malick (DAYS OF HEAVEN, THE THIN RED LINE) en près de quarante ans de carrière se révèle une éclatante réussite, voire une sorte d'apothéose artistique. Apparentant la naissance de l'individu à la création de l'univers, sa mort à la fin du monde, le cinéaste philosophe soutient à travers un scénario inracontable mais poli à tous les angles qu'entre ces deux instants la nature et la grâce se le disputent. Résolument tourné dans la perspective de l'enfance, ce grand poème lyrique se déploie dans une mécanique savante, digressive et frôlant l'abstraction, qui associe les gestes et les pensées des personnages à des mouvements cosmiques. Tourné en grande partie caméra à l'épaule et magnifiquement sculpté dans la lumière d'Emmanuel Lubezki, TREE OF LIFE donne en vérité l'impression de fermer une boucle ouverte par le cinéaste en 1973 dans BADLANDS, extrait du même terreau sudiste. La réalisation technique magistrale, ainsi que l'interprétation de tout premier ordre, en font un véritable monument de cinéma.

Texte : Martin Bilodeau

COMMENTAIRES

04 mai 2015, 10:49:18

Par : Yvan Godbout, L'Ange Gardien

La vie dans tout sa grandeur et sa petitesse. Son début et sa fin. Et entre les deux, nous, petits hommes avec toutes nos faiblesses. L’amour, la haine. La joie, la colère. L’Arbre de la vie est une expérience sensorielle hors du commun. Et beaucoup plus qu’un simple film. Certains seront déstabilisés par ce récit non linéaire et s’y perdront peut-être. Pourtant, l’expérience est inoubliable. Et selon moi, incontournable. Les images, le son et la musique viendront caresser votre âme et parfois l’égratigner. Et à la fin du générique vous n’aurez qu’une envie : mordre dans la vie à pleine dent, accompagné des gens aimées.

J'attribue à ce film la Cote 3


26 décembre 2018, 20:54:09

Par : Alexis Laperle, Sherbrooke

Je ne sais pas trop quoi dire de ce film, c'est d'une extrême profondeur et c'est hyper bien réalisé et la séquence de l'espace est à couper le souffle, toutes les performances sont remarquables, même celles des enfants. Un nouveau classique du cinéma!

J'attribue à ce film la Cote 3


23 septembre 2017, 15:09:53

Par : Mathieu Desharnais, Trois-Rivières

Évocation de souvenirs d'enfance et questions sur la vie, la mort, la nature...C'est beau, non-conventionnel, non-linéaire mais on sent que Malick commence a radoter. Finalement Malick ne se renouvèle pas, il applique la même formule poético-philosophique de film en film. Comme ses plans en contre plongé sur les arbres, on en a déja vu dans THE THIN RED LINE et THE NEW WORLD, pas la peine d'en rajouter, on a compris le principe. Le segment sur la création de l'univers et de la Terre est fascinant, créant une analogie avec la naissance d'un bébé. Les interprètes sont excellents même si on a l'impression a la longue que Sean Penn ne fait que errer.

J'attribue à ce film la Cote 3


L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame de Chloé Zhao avec Frances McDormand, David Strathairn, Linda May. Classement: En attente de classement.

Au chômage depuis la fermeture de sa ville minière du Nevada, une veuve sexagénaire adopte un mode de vie nomade, en parcourant le pays à bord de sa camionnette et en trouvant de petits boulots temporaires à chacune de ses haltes.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3