Goto main content
2

Le Ruban blanc (Weisse Band, Das)

All. 2009. Drame de Michael Haneke avec Christian Friedel, Burghart Klaussner, Leonie Benesch. En 1913, dans un village protestant de l'Allemagne du Nord, divers événements tragiques et actes criminels non résolus sèment le désarroi et la peur. Fable puissante, dense et d'une redoutable perversion. Mise en scène d'une précision et d'une rigueur absolues. Noir et blanc soigné mais austère. Interprétation nuancée et bouleversante. (sortie en salle: 5 février 2010)

Général
2

Le Ruban blanc (Weisse Band, Das)

Général Général

All. 2009. Drame de Michael Haneke avec Christian Friedel, Burghart Klaussner, Leonie Benesch.

En 1913, dans un village protestant de l'Allemagne du Nord, divers événements tragiques et actes criminels non résolus sèment le désarroi et la peur. Fable puissante, dense et d'une redoutable perversion. Mise en scène d'une précision et d'une rigueur absolues. Noir et blanc soigné mais austère. Interprétation nuancée et bouleversante. (sortie en salle: 5 février 2010)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Montage :
Récompenses
En 1913, dans le Nord de l'Allemagne, divers événements tragiques et actes criminels sèment le désarroi dans un petit village protestant. Un fil invisible tendu entre deux arbres provoque la chute à cheval du docteur. L'épouse d'un paysan, employée par le puissant baron, se tue en passant à travers un plancher de bois pourri; les conséquences de la vengeance du fils aîné de la défunte poussent son père au suicide. Le jeune fils du baron est retrouvé ligoté, portant des traces de coups. Le nouveau-né du régisseur tombe gravement malade, la fenêtre de sa chambre ayant été laissée ouverte en plein hiver. La grange de la ferme du baron est incendiée. Le fils trisomique de la sage-femme est à son tour kidnappé, ses yeux crevés. Entre-temps, la Première Guerre mondiale éclate, risquant de compromettre le mariage de l'instituteur du village et de l'ex-gouvernante des jumeaux du baron. Au fil de son enquête personnelle sur tous ces crimes, l'enseignant en vient à soupçonner la fille et le fils aînés du sévère pasteur.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Si la facture du RUBAN BLANC évoque Dreyer et Bergman (noir et blanc soigné mais austère, cadre luthérien rigide et sans joie), son scénario est bel et bien marqué du sceau de son auteur Michael Haneke. En effet, le réalisateur autrichien de FUNNY GAMES et CACHÉ y poursuit son exploration de la noirceur de l'âme humaine, à travers une fable puissante et d'une redoutable perversité sur les racines du Mal et les germes du nazisme. Dense et très riche, le récit, aux accents romanesques inhabituels chez Haneke, traite avec une remarquable fluidité de la vengeance, de la culpabilité, de l'expiation, des devoirs religieux, de la mort, du déclin du monde féodal, etc. Précise et très rigoureuse, la mise en scène s'enrichit d'un montage d'une rare intelligence, lequel crée aux moments les plus inattendus des effets de miroir déstabilisants ou des associations d'idées tordues. Le tout se concluant sur une fin ouverte chère à Haneke, qui suscitera une fois de plus de vives discussions. Tous les interprètes, tant les enfants que les adultes, offrent des prestations nuancées et bouleversantes, qui forcent l'admiration.

Texte : Louis-Paul Rioux

COMMENTAIRES

04 mai 2015, 10:48:21

Par : Yvan Godbout, L'Ange Gardien

Une vraie leçon de cinéma. Michael Haneke nous offre une mise en scène tout à fait exceptionnel. Il y a tant de chose dans ce film... La photographie en noire et blanc, superbe. Le scénario, touffu et complexe mais si fluide en même temps. Le jeu des acteurs, si véridique. Il y a des regards et des non-dits qui viennent vous chambouler. Des horreurs cachées, des malveillances et tromperie dissimulées... On ne sort pas indemne de ce film qui pourrait paraître plutôt austère pour certain. Moi j'ai souvent pensé au film "To Kill a Mockinbird" en le regardant... Et comme à son habitude, cela prend beaucoup plus que le mot fin pour terminer un film de monsieur Haneke...

J'attribue à ce film la Cote 3


31 janvier 2017, 21:24:21

Par : Mathieu Desharnais, Trois-Rivières

On ressent le malaise dans l'atmosphère créé. Le mal semble toujours proche. Un noir et blanc d'une rare qualité, mais c'est vrai que LE RUBAN BLANC est très austère et on est un peu frustré d'une fin qui n'en est pas une.

J'attribue à ce film la Cote 3


L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame de Chloé Zhao avec Frances McDormand, David Strathairn, Linda May. Classement: En attente de classement.

Au chômage depuis la fermeture de sa ville minière du Nevada, une veuve sexagénaire adopte un mode de vie nomade, en parcourant le pays à bord de sa camionnette et en trouvant de petits boulots temporaires à chacune de ses haltes.

mediafilm_plus_reg_450.png

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3