Go to main content
5

Ghost Rider

É.-U. 2007. Drame fantastique de Mark Steven Johnson avec Nicolas Cage, Eva Mendes, Wes Bentley. Un motocycliste cascadeur ayant vendu son âme au diable est appelé à combattre le fils de ce dernier. Récit bancal et parfois ridicule, adapté d'une bande dessinée. Touches d'humour réjouissantes. Réalisation compétente. Effets spéciaux spectaculaires. N. Cage allumé. (sortie en salle: 16 février 2007) (Sortie DVD: 16 février 2007)

Général (déconseillé aux jeunes enfants)
5

Ghost Rider (Ghost Rider)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)

É.-U. 2007. Drame fantastique de Mark Steven Johnson avec Nicolas Cage, Eva Mendes, Wes Bentley.

Un motocycliste cascadeur ayant vendu son âme au diable est appelé à combattre le fils de ce dernier. Récit bancal et parfois ridicule, adapté d'une bande dessinée. Touches d'humour réjouissantes. Réalisation compétente. Effets spéciaux spectaculaires. N. Cage allumé. (sortie en salle: 16 février 2007)

Année :
Durée :
Réalisation :
Pour sauver la vie de son père, le motocycliste cascadeur Johnny Blaze vend son âme à Mephistopheles. Craignant pour la sécurité de sa petite amie Roxanne, Johnny la repousse pour mener une existence solitaire, passée à attendre le moment où le diable lui réclamera son dû. Lorsque le jour fatidique arrive, Roxanne refait irruption dans sa vie. Hélas, les tentatives de rapprochement des deux anciens amoureux sont compromises par la nouvelle vocation de Blaze qui, lorsque tombe la nuit, se transforme en justicier vengeur au crâne enflammé, appelé à combattre le machiavélique fils du prince des ténèbres.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Récemment, plusieurs adaptations de bandes dessinées de superhéros s'appliquaient à ancrer leurs récits fantastiques dans une certaine réalité, et à développer les personnages à travers un univers physique et psychologique cohérent. On pense notamment à X-MEN, SPIDER-MAN et BATMAN BEGINS. Dans cette mouvance, GHOST RIDER s'inscrit en faux. Ainsi, le scénario bancal, arrimé à une mythologie confuse, repose sur une série de développements abracadabrants. Certes, la réalisation compétente de Mark Steven Johnson (DAREDEVIL) réserve des effets spéciaux spectaculaires. Mais les scènes d'action sont répétitives et peu excitantes. Réflexion faite, le film est à son meilleur quand il embrasse sa propre absurdité et se permet de réjouissantes touches d'humour. À cet égard, Nicolas Cage livre une performance allumée, sans jamais se prendre trop au sérieux. Ce n'est toutefois pas le cas de Wes Bentley, apparemment inconscient du ridicule de son personnage de vilain.

Texte : Kevin Laforest

Revue de presse

A Biker on the Road to Hell

The digital effects looked pretty cool and clever, but I wouldn't argue with a different sensibility that just sees them as cheapish. You're either into tattoo-quality fire and bone or you're not. The same can be said about Cage's bebop way around a role or movies about flaming bike-riding heroes. You know if you're into this stuff, and if you are, GHOST RIDER is fine.

Ghost Rider Mark Steven Johnson

Likely to Flame Out Fast.

Johnson and his special effects team do their best to provide the sort of cool visuals that will attract comic book and heavy metal fans, but the CGI flames never really impress, and the end results have the inevitable feel of a video game rather than the big screen. Cage attempts to provide some originality to his characterization via such touches as Johnny's habit of swilling jelly beans from a martini glass, obsessive listening to the music of the Carpenters and fondness for watching monkey karate videos. But all of the actor's natural charisma is unable to compensate for the plodding narrative and thin characterizations.

Ghost Rider Mark Steven Johnson

Fantôme de feu

(...) le GHOST RIDER de Mark Steven Johnson (qui avait déjà adapté pour le cinéma DAREDEVIL en 2003) est (...) un excellent film de divertissement. Nicolas Cage campe ce héros torturé, déchiré entre le bien et le mal, entre ses remords et ses désirs de vengeance, avec classe, élégance et ce minimum de nonchalance et de candeur qui rend son personnage parfaitement sympathique. Et si le film verse dans le kitsch, cela est tout à fait assumé. GHOST RIDER n'est pas à prendre avec grand sérieux, il frôle même en certains moments les limites de la parodie tout en étant respectueux, autant que faire se peut, des fans des bandes dessinées d'origine. Parce que le personnage appartient obscurément à quelques légendes américaines lointaines et poussiéreuses, le film dégage un look «far west» qui lui va très bien, transformant ce pur produit de consommation en un insolite «western gothique».

Ghost Rider Mark Steven Johnson

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2011. Drame psychologique de Céline Sciamma avec Zoé Héran, Malonn Lévana, Jeanne Disson. Classement: Général.

Emménageant avec sa famille dans une ville en banlieue de Paris, une fille de dix ans aux allures androgynes se fait passer pour un garçon auprès des enfants du coin. Accidentellement mise au courant, sa petite soeur la couvre, à condition d'intégrer sa bande de nouveaux amis.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3