Go to main content
Default image
Pas de cote

Miracle

2004. de Gavin O'Connor avec Kurt Russell, Noah Emmerich, Patricia Clarkson. Grâce à l'opiniâtreté de l'entraîneur Herb Brooks, l'équipe américaine de hockey remporte la médaille d'or aux jeux olympiques d'hiver de 1980. Récit efficace mais au ton lourdement patriotique. Contexte historique intelligemment pris en compte. Clichés d'usage. Réalisation assez vivante. K. Russell très solide aux côtés de jeunes partenaires moins convaincants.

Pas de cote

Miracle (Miracle)

2004. de Gavin O'Connor avec Kurt Russell, Noah Emmerich, Patricia Clarkson.

Grâce à l'opiniâtreté de l'entraîneur Herb Brooks, l'équipe américaine de hockey remporte la médaille d'or aux jeux olympiques d'hiver de 1980. Récit efficace mais au ton lourdement patriotique. Contexte historique intelligemment pris en compte. Clichés d'usage. Réalisation assez vivante. K. Russell très solide aux côtés de jeunes partenaires moins convaincants. (sortie en salle: 31 décembre 1969)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Sept mois avant les jeux olympiques d'hiver de 1980 à Lake Placid, Herb Brooks est nommé entraîneur de l'équipe de hockey des États-Unis. En 1964, alors joueur pour la formation américaine, Brooks avait essuyé une cuisante défaite contre les Soviétiques, qui ont depuis établi leur suprématie sur la glace. Obsédé par l'idée de vaincre ces champions arrogants, l'entraîneur prend tous les moyens, dont certains contestés, pour mettre sur pied une équipe de jeunes joueurs aguerris et très motivés. Ses efforts portent fruit car, contre toute attente, lors de la ronde finale à Lake Placid, les Américains remportent une éclatante victoire contre les Soviétiques, grâce à une performance extraordinaire du gardien de but Jim Craig. Et deux jours plus tard, les États-Unis battent la Finlande pour décrocher la médaille d'or.

L’AVIS DE MEDIAFILM

À l'instar du récent SEABISCUIT, MIRACLE raconte l'histoire d'une équipe donnée perdante qui, à force d'acharnement, parvient à se hisser au sommet, redonnant espoir et fierté à un peuple américain en plein désarroi. De fait, le film prend intelligemment en compte le contexte historique de ce match décisif (lendemains du Watergate, échec au Vietnam, crise du pétrole, otages américains en Iran, invasion de l'Afghanistan par l'URSS, etc.) devenu un affrontement marqué du sceau de la Guerre froide. Mais justement, à cause de cet aspect idéologique, MIRACLE sombre dans le patriotisme triomphant, rendant plusieurs scènes carrément imbuvables, dont celle de l'entrée de l'équipe américaine sur la patinoire, à grands coups de ralentis emphatiques et au son des tambours de guerre. C'est dommage, car le récit est mené avec efficacité et conviction, réservant des scènes de hockey souvent excitantes. De plus, l'époque est fort bien rendue, principalement à travers la criarde mode vestimentaire d'alors. Cependant, on a droit à tous les clichés d'usage, à commencer par les tribulations familiales sans intérêt du protagoniste, dans lesquelles le talent de Patricia Clarkson est honteusement gâché. En revanche, Kurt Russell livre une performance très solide, aux côtés de jeunes partenaires moins convaincants.

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2011. Drame psychologique de Céline Sciamma avec Zoé Héran, Malonn Lévana, Jeanne Disson. Classement: Général.

Emménageant avec sa famille dans une ville en banlieue de Paris, une fille de dix ans aux allures androgynes se fait passer pour un garçon auprès des enfants du coin. Accidentellement mise au courant, sa petite soeur la couvre, à condition d'intégrer sa bande de nouveaux amis.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3