Go to main content
3

L'Échine du diable (El Espinazo del Diablo)

Mex. 2001. Drame fantastique de Guillermo del Toro avec Fernando Tielve, Eduardo Noriega, Federico Luppi. Un gamin recueilli dans un orphelinat en plein désert est visité par le fantôme d'un enfant mort dans des circonstances mystérieuses. Intrigue adroitement construite. Climat de tension sourde prenant. Images envoûtantes. Mise en scène fluide. Interprétation talentueuse.

13 ans + (violence)
3

L'Échine du diable (El Espinazo del Diablo)

13 ans + (violence) 13 ans + (violence)

Mex. 2001. Drame fantastique de Guillermo del Toro avec Fernando Tielve, Eduardo Noriega, Federico Luppi.

Un gamin recueilli dans un orphelinat en plein désert est visité par le fantôme d'un enfant mort dans des circonstances mystérieuses. Intrigue adroitement construite. Climat de tension sourde prenant. Images envoûtantes. Mise en scène fluide. Interprétation talentueuse.

Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Musique :
Montage :
En Espagne, durant la guerre civile, le jeune Carlos est recueilli par Casares et Carmen, un couple âgé propriétaire d'un orphelinat en plein désert. Le timide gamin devient aussitôt le souffre-douleur de Jaime, qui exerce un certain ascendant sur tous les autres enfants. Mais quelque chose de pire encore effraie le nouveau venu: les apparitions spectrales d'un petit garçon qui semble vouloir communiquer avec lui. Carlos découvre qu'il s'agit du fantôme d'un ancien camarade de Jaime, mort dans des circonstances violentes et mystérieuses. Jacinto, le jeune homme à tout faire de l'orphelinat, ne serait pas étranger à ce drame. Il en provoquera d'ailleurs un autre, plus terrible encore, en voulant s'emparer de la réserve d'or que des Républicains ont confiée à Carmen.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Décidément, Guillermo Del Toro semble s'être donné comme objectif de carrière de devenir le nouveau maître régnant du fantastique et de l'horreur. À peine un mois après la sortie de son film de vampires à gros budget BLADE II, voilà qu'on découvre maintenant l'oeuvre précédente du cinéaste, une poignante histoire de fantômes tournée en Espagne et produite par nul autre que Pedro Almodovar. Racontée avec beaucoup de flair pour l'atmosphère et la tension sourde, l'intrigue parvient à fusionner harmonieusement diverses pistes narratives dont les liens ne sont pas tout de suite évidents. Baignant dans un climat où l'innocence de l'enfance se heurte à certaines perversions du monde adulte, le film aborde parfois des thèmes que n'aurait pas reniés Luis Bunuel, en particulier dans sa façon d'évoquer les ambivalences morales de ses personnages. Le contexte espagnol renforce évidemment cette comparaison. La mise en scène adopte un style dont la fluidité remarquable se veut le reflet de certains éléments clés du mystère entourant le jeune fantôme qui hante ce film aux images envoûtantes. La maîtrise du cinéaste se manifeste aussi dans la direction des acteurs, qui livrent tous des performances au-dessus de tout reproche.

Texte : Martin Girard

COMMENTAIRES

04 mai 2015, 10:48:20

Par : Yvan Godbout, L'Ange Gardien

Quel jolie histoire de fantômes!!! Avec une petite leçon d'histoire moins connu pour nous ( La Guerre d'Espagne). Une atmosphère qui vous donnera quelques frissons et quelques images inoubliables (je ne vous en dirai aucunes pour garder la surprise!) Des personnages très vivant auquels l'on s'attache vraiment pour une fois. À mettre dans sa dvdthèque au côté de «The Others» et «The Changeling».

J'attribue à ce film la Cote 3


L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3