Aller au contenu principal
4

15 février 1839

Qué. 2000. Drame historique de Pierre Falardeau avec Luc Picard, Frédéric Gilles, Sylvie Drapeau. En 1839, les dernières vingt-quatre heures en prison de deux Patriotes condamnés à mort par les Anglais. Huis clos axé sur les dialogues. Portrait de groupe bien senti malgré des maladresses. Beaux moments d'émotion. Photographie somptueuse. Mise en scène appliquée. Interprétation parfois déchirante. (sortie en salle: 26 janvier 2001)

Général
4

15 février 1839 (15 février 1839)

Général Général

Qué. 2000. Drame historique de Pierre Falardeau avec Luc Picard, Frédéric Gilles, Sylvie Drapeau.

En 1839, les dernières vingt-quatre heures en prison de deux Patriotes condamnés à mort par les Anglais. Huis clos axé sur les dialogues. Portrait de groupe bien senti malgré des maladresses. Beaux moments d'émotion. Photographie somptueuse. Mise en scène appliquée. Interprétation parfois déchirante. (sortie en salle: 26 janvier 2001)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Pays :
Distributeur :
Lion's Gate
Récompenses
En 1839, des mois après que l'armée britannique eut durement réprimé l'insurrection des Patriotes, des centaines de rebelles croupissent en prison. Le matin du 14 février, Marie-Thomas Chevalier De Lorimier et Charles Hindelang apprennent qu'ils seront pendus dans 24 heures, avec trois autres de leurs camarades. Profitant des heures qu'il leur reste à vivre, les condamnés fraternisent une dernière fois avec leurs compagnons de cellule et confient à ceux-ci leurs dernières volontés. Le soir, De Lorimier passe quelques heures en compagnie de son épouse Henriette, avant de lui faire des adieux déchirants. À l'aube, les cinq Patriotes trouvent en eux le courage de marcher dignement vers l'échafaud, sachant qu'ils meurent au nom d'une cause juste.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Comme dans OCTOBRE, Pierre Falardeau capte un bref mais décisif moment du passé de son pays à travers un huis clos axé sur des dialogues truffés de réflexions historico-politiques. Au-delà de son aspect didactique discutable mais prévisible, le film a surtout le mérite d'offrir un portrait de groupe sincère et bien senti qui donne un visage véritablement humain à des personnages souvent mythifiés dans l'imaginaire collectif des Québécois. Le film s'avère éloquent surtout dans les scènes où l'auteur explore les sentiments de ses protagonistes en les laissant exprimer simplement leur amour de la vie, leurs regrets, leurs peurs ou leur rage. À ce titre, les moments intimistes entre De Lorimier et son épouse sont vraiment très beaux et émouvants, surtout que Luc Picard et Sylvie Drapeau y livrent des performances déchirantes. L'ensemble du film ne convainc toutefois pas toujours et comporte ici et là des scènes d'une maladresse gênante, comme celle où un jeune soldat anglais demande le pardon à De Lorimier. D'autre part, la mise en scène appliquée de Falardeau manque un peu d'imagination, donnant au film l'allure d'un télé-théâtre statique. Les acteurs portent donc le projet sur leurs épaules et se montrent heureusement à la hauteur.

Texte : Martin Girard

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

É.-U. 2020. Drame musical de Steven Spielberg avec Ansel Elgort, Rachel Zegler, Rita Moreno. Classement: Général (déconseillé aux jeunes enfants).

À la fin des années 1950, dans le West Side de New York, un ancien chef de gang blanc tombe amoureux de la soeur du chef d'un clan rival, composé d'immigrés portoricains.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3