Go to main content
Default image
4

Sombre

Fr. 1998. Drame de moeurs de Philippe Grandrieux avec Marc Barbé, Elina Lowensohn, Géraldine Voillat. Un homme fasciné par le corps féminin assassine plusieurs femmes sans motif apparent. Constat brut, dénué de toute psychologie et de morale, sur la noirceur de l'âme humaine. Climat malsain. Traitement insolite. Interprétation frisant l'abstraction.

18 ans +
4

Sombre (Sombre)

18 ans + 18 ans +

Fr. 1998. Drame de moeurs de Philippe Grandrieux avec Marc Barbé, Elina Lowensohn, Géraldine Voillat.

Un homme fasciné par le corps féminin assassine plusieurs femmes sans motif apparent. Constat brut, dénué de toute psychologie et de morale, sur la noirceur de l'âme humaine. Climat malsain. Traitement insolite. Interprétation frisant l'abstraction.

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Pays :
Distributeur :
Film Tonic
Jean est un marionnettiste qui se produit dans les écoles du centre de la France, présentant un spectacle qui captive et effraie les enfants. Mais derrière cette façade se cache un être tourmenté, fortement attiré, voire fasciné, par le corps des femmes. Il fait d'ailleurs régulièrement appel aux services de prostituées ou il rencontre des filles faciles qu'il finit par assassiner sans motif apparent. Or, un jour, son chemin croise celui de Claire, une jeune femme vierge dont la pureté l'amène momentanément à suspendre ses activités meurtrières.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Le premier long métrage de fiction de ce réalisateur issu de la vidéo, du documentaire et du film expérimental ne laissera personne indifférent. Pourquoi? À cause, notamment, du climat fort malsain qui se dégage de ce portrait dénué de toute psychologie ou de morale d'un tueur en série. Philippe Grandrieux nous assène un constat brut sur la noirceur de l'âme humaine, à la limite du tolérable, comme vu à travers le cerveau malade du personnage principal et filmé comme un cauchemar ou un conte (pour adultes) très glauque. Non seulement le sujet déstabilisera-t-il le public en privant celui-ci de ses repères habituels, mais le traitement insolite le laissera également perplexe: conception particulière du cadre et du plan, expérimentations avec le son, la lumière et la durée, mélange des textures, montage abrupt, dialogues minimalistes, etc. Le cinéaste a tout de même le mérite de recourir exclusivement aux moyens propres au cinéma pour raconter son histoire. Quant à l'interprétation de Marc Barbé, elle frise par moments l'abstraction.

Texte : Jean Beaulieu

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

. . de . Classement: .

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3