Go to main content
4

L'Ange noir

Fr. 1994. Drame psychologique de Jean-Claude Brisseau avec Sylvie Vartan, Michel Piccoli, Tcheky Karyo. Après avoir été acquittée du meurtre de son amant qu'elle a fait passer pour un violeur, l'épouse d'un riche magistrat est victime d'un maître chanteur. Mélange habile d'étude psychologique et de préoccupations sociales. Création judicieuse d'un climat étouffant. Performance convaincante de S. Vartan.

16 ans + (érotisme)
4

L'Ange noir (L'Ange noir)

16 ans + (érotisme) 16 ans + (érotisme)

Fr. 1994. Drame psychologique de Jean-Claude Brisseau avec Sylvie Vartan, Michel Piccoli, Tcheky Karyo.

Après avoir été acquittée du meurtre de son amant qu'elle a fait passer pour un violeur, l'épouse d'un riche magistrat est victime d'un maître chanteur. Mélange habile d'étude psychologique et de préoccupations sociales. Création judicieuse d'un climat étouffant. Performance convaincante de S. Vartan.

Stéphane, l'épouse d'un riche magistrat, abat son amant et fabrique avec sa domestique des preuves laissant croire qu'elle était la cible d'un violeur. La haute société avale sans difficulté cette couleuvre, d'autant plus que l'homme abattu était un criminel notoire, qui volait les riches et distribuait son butin aux moins nantis. Cependant, l'avocat de Stéphane reçoit des lettres anonymes qui lui font découvrir progressivement le passé obscur de sa cliente. Après son acquittement, Stéphane doit répondre à un chantage destiné à lui extorquer sa fortune.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Ce film marque un intérêt nouveau du réalisateur pour un univers bourgeois étranger à son oeuvre. Les préoccupations sociales de DE BRUIT ET DE FUREUR y refont cependant surface à mesure que sont dévoilés les origines modestes et le passé délinquant de l'héroïne. Cette variation sur le thème de LA LETTRE de William Wyler cache les motivations psychologiques des protagonistes derrière un stoïcisme qui risque d'en déconcerter plusieurs. Jean-Claude Brisseau a privilégié les couleurs chaudes et les plans fixes, créant ainsi un climat étouffant en tous points cohérent avec l'état psychologique de son personnage central. Point d'orgue d'une dénonciation de l'hypocrisie bourgeoise, le monologue final se rit aussi du scepticisme de ceux qui ne voyaient pas en Sylvie Vartan une comédienne de talent. Tcheky Karyo et Michel Piccoli ne lui font nullement ombrage.

Texte : Martin Bilodeau

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

. . de . Classement: .

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3