Go to main content
Default image
Pas de cote

Le Vent de la plaine (The Unforgiven)

1960. de John Huston avec Burt Lancaster, Audrey Hepburn, Lillian Gish. Un cavalier excentrique révèle que la benjamine d'une famille de colons du Texas est une Amérindienne. Belle création d'atmosphère. Photographie soignée. Mise en scène ample et vigoureuse. Interprètes bien dirigés.

Pas de cote

Le Vent de la plaine (The Unforgiven)

1960. de John Huston avec Burt Lancaster, Audrey Hepburn, Lillian Gish.

Un cavalier excentrique révèle que la benjamine d'une famille de colons du Texas est une Amérindienne. Belle création d'atmosphère. Photographie soignée. Mise en scène ample et vigoureuse. Interprètes bien dirigés. (sortie en salle: 31 décembre 1969)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Ben Maddow
D'après le roman de Alan Le May
Photographie :
Musique :
Montage :
Un cavalier excentrique hante les Zachary, famille de pionniers établis au Texas. Il révèle à tous les colons que la benjamine des Zachary, Rachel, est une Amérindienne sauvée jadis par le père Zachary. Les frères et la mère de Rachel doivent alors défendre la jeune fille contre la malveillance des voisins qui détestent les Peaux-Rouges et aussi contre les attaques des Kiowas qui veulent reprendre leur soeur de race.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Le problème racial esquissé dans ce western n'est pas nettement résolu. Le réalisateur John Huston s'emploie plutôt à un beau travail de création d'atmosphère et de reconstitution de la vie de l'Ouest. La photographie, fort bien servie par la couleur, est remarquable. Des interprètes de choix, habilement dirigés, contribuent à la qualité de l'ensemble. Malgré quelques faiblesses, ce film vaut le déplacement.

Revue de presse

Conduire ses protagonistes vers une fin dérisoire

Le récit ne fait pas flèche de tout bois, mais John Huston le ponctue de moments enchanteurs, d'imaginaire poétique et d'humour sceptique. (...) Sur un thème rebattu, John Huston réalise un film doux-amer. Délaissant le pensum démonstratif pour des demi-teintes et beaucoup de lyrisme...

(Texte paru en 1980)

Vent de la plaine, Le John Huston

Huston, un auteur injustement décrié

(...) sous le signe de la libération et d'une évolution très personnelle, LE VENT DE LA PLAINE aiguise les caractéristiques triomphantes de toute une oeuvre: générosité et pudeur (...), exaltation de l'effort (...), sens de l'agressivité (...), humanisme (...), goût de la beauté (...), optimisme.

(Texte paru en 1960)

Vent de la plaine, Le John Huston

Bel Académisme

L'art cinématographique de John Huston est un art vertueux. De là vient qu'il soit si souvent ennuyeux. LE VENT DE LA PLAINE n'échappe guère à cette règle malgré ses innombrables qualités. (...) Reste un film (...) très soigné, bourré de scènes d'anthologie, un vrai film d'académicien.

(Texte paru en 1960)

Vent de la plaine, Le John Huston

Intéressant malgré quelques longueurs

L'ensemble est très intéressant malgré des longueurs. (...) La seconde partie, davantage consacrée à l'action, séduira (...) ceux qu'intéresse l'histoire de la lutte contre les indiens... voués ici (...) à l'extermination. Les paysages sont grandioses et les chevaux magnifiques.

(Texte paru en 1960)

Vent de la plaine, Le John Huston

An Absorbing and Compelling Drama

Huston has wrought some scenes of majestic strength with his masterful use of the Technicolor cameras. (...) Miss Hepburn gives a sympathetic performance in the complex role of the foster girl shocked into the knowledge that she is an Indian.

(Texte paru en 1960)

Vent de la plaine, Le John Huston

Histoire captivante et compliquée

Ce récit d'aventures, avec complications psychologiques et, si l'on veut, morales, nous est conté avec une grande maîtrise. Huston retrouve là sa forme de naguère. Il compose ses images (...) et organise ses séquences avec le brio qu'il semblait avoir abandonné depuis MOBY DICK.

(Texte paru en 1960)

Vent de la plaine, Le John Huston

Une Oeuvre d'une grande unité

Une musique, tour à tour sauvage et endiablée, narquoise, puis plus enveloppante, devenant tragique parfois, vient scander l'action extérieure et se marie bien avec le ton de chaque séquence. Enfin, l'interprétation est remarquable. (...) On retrouve avec émerveillement Lilian Gish (...) l'ancienne vedette du cinéma muet.

(Texte paru en 1962)

Vent de la plaine, Le John Huston

Le Talent de Huston est intact

(...) John Huston semble avoir retrouvé (...) une vitalité quelque peu mise en veilleuse depuis DIEU SEUL LE SAIT. Servi par l'excellente photo de Franz Planer, il sait composer des scènes, des images qui sont parmi les plus belles qu'il nous ait données, (...) d'une violence et d'une conviction qui rappellent la grande époque d'ASPHALT JUNGLE.

(Texte paru en 1960)

Vent de la plaine, Le John Huston

Trois Heures de chasse à l'Indien

(...) le décor (...) comble notre appétit de couleurs, de plein air et de mouvement. (...) l'érotisme ici n'est pas le moteur de notre attention. (...) ce sont ces chevaux, ces courses folles dans le désert qui donnent à l'image une facile beauté souvent captivante. Les interprètes humains sont moins attachants.

(Texte paru en 1960)

Vent de la plaine, Le John Huston

Un Film à voir

(...) les qualités du récit se situent (...) dans la vibration de l'air et des feuillages, dans la fraîcheur de l'eau, (...) une main qui caresse l'encolure d'un cheval, un coup de poing foudroyant l'adversaire, c'est-à-dire (...) dans la présence physique des rapports de l'homme à la nature, du cavalier avec sa monture (...) ou des êtres humains entre eux.

(Texte paru en 1960)

Vent de la plaine, Le John Huston

L'infolettre de Mediafilm

Inscription bulletin Mediafilm - merci
Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Le film de la semaine

Fr. 2011. Drame psychologique de Céline Sciamma avec Zoé Héran, Malonn Lévana, Jeanne Disson. Classement: Général.

Emménageant avec sa famille dans une ville en banlieue de Paris, une fille de dix ans aux allures androgynes se fait passer pour un garçon auprès des enfants du coin. Accidentellement mise au courant, sa petite soeur la couvre, à condition d'intégrer sa bande de nouveaux amis.

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3