Go to main content
iamge nouvelles
2022-02-09

Pleins feux sur Paul Thomas Anderson

Licorice Pizza, neuvième long métrage de Paul Thomas Anderson, prend enfin l’affiche dès vendredi le 11 février. Portrait d’un réalisateur singulier.

Ayant grandi en Californie dans les années 70 au sein d’une famille de neuf enfants, Paul Thomas Anderson connaît un parcours académique plutôt tortueux. En parallèle, son intérêt pour le cinéma et la vidéo se manifeste assez jeune chez lui. Muni d’une Betacam offerte par son père, il commence à faire des films à l’aube de l'adolescence, ce qui le stimule à devenir cinéaste.

Après avoir travaillé à titre d’assistant de production pour la télévision, Paul Thomas Anderson réalise, en 1993, le court-métrage Cigarettes and Coffee (à ne pas confondre avec le Coffee and Cigarettes de Jim Jarmusch). Ce court lui permet d’obtenir par la suite du financement pour son premier long métrage, Hard Eight, présenté à Cannes en 1996.

C’est toutefois avec Boogie Nights (1997) que le cinéaste parvient à attirer l’attention du public. Ce drame de mœurs, dont le récit se déroule dans le milieu du cinéma porno des années 70, séduit par son approche stylistique, qui n’est pas sans rappeler celle des premiers films de Scorsese. Deux ans plus tard, Magnolia confirme la maîtrise du cinéaste.

Réalisateur de nombreux vidéoclips pour Fiona Apple, Radiohead et Haim, Paul Thomas Anderson a la particularité d’accorder une grande importance à la symbiose entre la musique et ses images. Depuis le remarquable There Will Be Blood (2007), toutes les partitions originales de ses longs métrages sont écrites par Jonny Greenwood (guitariste de Radiohead).

Bien qu’il ait la réputation d'avoir un tempérament bouillonnant sur les plateaux de tournage, sa minutie et son perfectionnisme transcendent la majorité de ses œuvres. Il est également souvent fidèle à ses proches collaborateurs, notamment le regretté Philip Seymour Hoffman. Figurant au générique de cinq de ses films, le comédien avait offert une composition particulièrement impressionnante dans The Master (2012).

Autodidacte comme plusieurs réalisateurs de sa génération (Quentin Tarantino, Steven Soderbergh, David O. Russell, Spike Jonze, David Fincher), Paul Thomas Anderson présente, dans l’ensemble de ses films, des protagonistes parfois timides, mais souvent solitaires, marginaux et condamnés à une certaine fatalité. C’est d’ailleurs en incarnant ce type de personnage qu’Adam Sandler en a surpris plus d’un dans Punch-Drunk-Love, grâce à son interprétation dotée d’une profondeur et d’un registre dramatique étonnants.

En complément de son tout récent Licorice Pizza, découvrez ou redécouvrez l’intégralité du parcours considérable de Paul Thomas Anderson, comme en témoignent ces fiches d’appréciations répertoriées par Mediafilm.

FICHES RÉCENTES
  • Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.

    Publié le 20 avril 2024

    Cinéma

    Les terres du silence : entretien avec Julien Elie

    Cinq ans après Soleils noirs, le documentariste Julien Elie expose un réseau corrompu de dépossession territoriale semant la terreur au Mexique. Bienvenue dans La Garde blanche.


    Publié le 20 avril 2024
  • Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.

    Publié le 18 avril 2024

    Cinéma

    Roumanie, terre d’accueil cinématographique

    En salle le 19 avril, Do Not Expect Too Much From the End of the World met en scène une jeune femme mandatée par une multinationale afin de documenter le processus de casting d’une vidéo sur la sécurité au travail dans les rues de Bucarest.


    Publié le 18 avril 2024
  • Cinéma

    L’amour, la peur et Henry James: entretien avec Bertrand Bonello

    La Bête raconte, à trois époques différentes, la romance impossible entre un homme et une femme que l’amour aurait dû souder, mais que la peur a divisés.

    Publié le 16 avril 2024

    Cinéma

    L’amour, la peur et Henry James: entretien avec Bertrand Bonello

    La Bête raconte, à trois époques différentes, la romance impossible entre un homme et une femme que l’amour aurait dû souder, mais que la peur a divisés.


    Publié le 16 avril 2024

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3

©2024 MEDIAFILM Tous droits réservés.