Go to main content
4

Yannick

Lundi 22 Juillet à 09:30 | Super Écran 2Mercredi 31 Juillet à 03:40 | Super Écran 3Mardi 30 Juillet à 07:00 | Super Écran 4

Fr. 2023. Comédie de Quentin Dupieux avec Raphaël Quenard, Pio Marmaï, Blanche Gardin. En pleine représentation d'un mauvais vaudeville, un spectateur se lève pour interrompre la pièce et prendre à partie les comédiens. Huis clos culotté sur le mépris de classe. Sous-texte politique grinçant. Rythme comique maîtrisé. Accents mélancoliques. Ensemble frisant parfois l’exercice de style. R. Quenard candide et dérangeant. (sortie en salle: 5 janvier 2024)

Général (déconseillé aux jeunes enfants)
4

Yannick (Yannick)

Général (déconseillé aux jeunes enfants) Général (déconseillé aux jeunes enfants)

Fr. 2023. Comédie de Quentin Dupieux avec Raphaël Quenard, Pio Marmaï, Blanche Gardin.

En pleine représentation d'un mauvais vaudeville, un spectateur se lève pour interrompre la pièce et prendre à partie les comédiens. Huis clos culotté sur le mépris de classe. Sous-texte politique grinçant. Rythme comique maîtrisé. Accents mélancoliques. Ensemble frisant parfois l’exercice de style. R. Quenard candide et dérangeant. (sortie en salle: 5 janvier 2024)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Montage :
Pays :
Distributeur :
Les Films Opale
Un soir comme un autre, sur la scène d’un théâtre de boulevard parisien, se joue un vaudeville intitulé "Le Cocu". Les répliques du mari trompé, de la femme infidèle et de l’amant fusent. Le public rit, parfois. La pièce est mauvaise. Soudain, un spectateur mécontent se lève pour interrompre la pièce et prendre les comédiens à partie. Son nom : Yannick. Celui-ci a payé cher sa place, pris congé de son emploi de gardien de stationnement et mis une heure à venir. Pour toutes ces raisons, il estime mériter mieux. D’un coup, plus personne ne rit. Et surtout pas les acteurs, qui ne se laisseront pas faire.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Après de récentes traversées existentielles dans lesquelles Quentin Dupieux glissait des commentaires sociaux sur l’obsession de l’apparence (INCROYABLE, MAIS VRAI) ou le politiquement correct (FUMER FAIT TOUSSER), YANNICK confirme le virage mélancolique négocié par son cinéma. Dénué d’éléments fantastiques, en pleine maîtrise de son rythme comique (sur 67 minutes bien tassées), ce huis clos culotté, aux accents bunueliens et au sous-texte politique grinçant, critique par l’absurde la condescendance et le mépris de classe d’un certain milieu culturel, tout en philosophant: la subjectivité en art existe-t-elle? À qui appartient l’art? Qu’est-ce qu’être un artiste? Entre les éclats de rires francs et parfois jaunes, ce petit théâtre révèle les tensions d’une époque où l’élitisme est mis à mal. S’il frise parfois l’exercice de style, le film est porté par la prestation de Raphaël Quenard qui, dans le rôle-titre, insuffle une vive émotion à son personnage d’antihéros candide et dérangeant.

Texte : Céline Gobert

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3