Go to main content
4

Une Femme respectable

Lundi 29 Juillet à 13:50 | Super ÉcranSamedi 20 Juillet à 14:00 | Super Écran 2Vendredi 02 Août à 13:05 | Super Écran 2Dimanche 28 Juillet à 10:25 | Super Écran 3Mardi 23 Juillet à 08:45 | Super Écran 4

Can. 2023. Drame de Bernard Émond avec Hélène Florent, Martin Dubreuil, Paul Savoie. En 1931 à Trois-Rivières, une femme fortunée recueille son mari miséreux et les trois filles qu'il a eues avec sa concubine récemment décédée. Adaptation feutrée d'une nouvelle de Luigi Pirandello. Analyse psychologique et sociale profonde. Ensemble compassé. Jeu subtil, un brin monocorde, de H. Florent. (sortie en salle: 18 août 2023)

Général
4

Une Femme respectable (Une Femme respectable)

Général Général

Can. 2023. Drame de Bernard Émond avec Hélène Florent, Martin Dubreuil, Paul Savoie.

En 1931 à Trois-Rivières, une femme fortunée recueille son mari miséreux et les trois filles qu'il a eues avec sa concubine récemment décédée. Adaptation feutrée d'une nouvelle de Luigi Pirandello. Analyse psychologique et sociale profonde. Ensemble compassé. Jeu subtil, un brin monocorde, de H. Florent. (sortie en salle: 18 août 2023)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Bernard Émond
D'après l'oeuvre de Luigi Pirandello
Photographie :
Montage :
Trois-Rivières, décembre 1930. À la demande pressante du curé de sa paroisse et de son avocat, Rose Lemay, fille de notable, accepte de recevoir son mari Paul-Émile, qu'elle n'a pas vu depuis onze ans. À genoux, ce dernier lui demande pardon pour l'avoir quittée sans un mot d'adieu, pour refaire sa vie avec une autre femme. L'épouse bafouée rejette avec froideur l'infidèle repentant, le renvoyant à sa vie misérable auprès de sa concubine atteinte de tuberculose, et des trois filles nées de leur union. Un mois plus tard, en apprenant la mort de sa rivale, Rose décide de recueillir ses enfants, comblant ainsi un désir de maternité jamais assouvi. Et malgré sa rancoeur envers Paul-Émile, ouvrier mal payé dans une usine menacée de fermeture, elle accepte, sous certaines conditions, qu'il revienne habiter à la maison.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Bernard Émond (LA NEUVAINE, JOURNAL D'UN VIEIL HOMME) défend un cinéma austère, dont le style peut apparaître rébarbatif à certains. Il a toutefois trouvé dans la nouvelle "Toute la vie, le coeur en peine", de l'auteur nobélisé Luigi Pirandello ("Six personnages en quête d'auteur), la matière d'une belle et profonde étude psychologique et sociale. L'action campée dans le passé, au sein d'un univers bourgeois assujetti à un clergé tout-puissant, permet à Émond de ventiler sa nostalgie d'un monde ordonné par un tronc commun de valeur et de vertus. D'autre part, la reconstitution permet l'emploi de sa grammaire filmique guindée, faite de silences et de plans fixes le plus souvent tournés en intérieurs, dans des décors précis et évocateurs, mais fleurant l'encaustique. Le contraste entre ces intérieurs tamisés et les extérieurs gorgés de soleil hivernal produisent du reste un effet saisissant. Un brin monocorde dans son phrasé, Hélène Florent incarne néanmoins avec une grande subtilité les transports affectifs de son héroïne. Face à elle, Martin Dubreuil joue les maris inconstants et frustrés avec son talent coutumier.

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3