Go to main content
5

Le Gardien (The Beekeeper)

É.-U. 2023. Thriller de David Ayer avec Jason Statham, Josh Hutcherson, Jeremy Irons. En exerçant une terrible vengeance, un justicier solitaire évente le secret de son appartenance à une dangereuse organisation clandestine. Série B solide mais réactionnaire. Scénario habilement manipulateur. Mise en scène musclée et énergique. Interprétation oscillant constamment entre le premier et le second degré. (sortie en salle: 12 janvier 2024)

13 ans + (violence)
5

Le Gardien (The Beekeeper)

13 ans + (violence) 13 ans + (violence)

É.-U. 2023. Thriller de David Ayer avec Jason Statham, Josh Hutcherson, Jeremy Irons.

En exerçant une terrible vengeance, un justicier solitaire évente le secret de son appartenance à une dangereuse organisation clandestine. Série B solide mais réactionnaire. Scénario habilement manipulateur. Mise en scène musclée et énergique. Interprétation oscillant constamment entre le premier et le second degré. (sortie en salle: 12 janvier 2024)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Montage :
Adam Clay, homme solitaire, taiseux et secret, entretient une passion mystérieuse pour l’apiculture. Quand sa voisine, qui est une de ses rares amies, se suicide après avoir été escroquée de ses économies, Adam se met en tête de retrouver les responsables et de les punir un à un. Son enquête l’amène à débusquer les patrons d’une entreprise spécialisée dans le vol d’identité et la fraude numérique. Sa campagne meurtrière finit par attirer l’attention de la CIA, dont les directeurs réalisent avec stupéfaction qu’Adam n’est pas qu’un justicier solitaire, assoiffé de vengeance; il est aussi un ex-agent secret, lié à une dangereuse organisation clandestine: "Les Apiculteurs".

L’AVIS DE MEDIAFILM

Dans la mythologie tordue de THE BEEKEEPER, les "apiculteurs" forment une sorte de milice du dernier recours, qui "expose la corruption"; afin de "protéger la ruche". De là à y voir une entreprise réactionnaire ciblant la base "trumpienne", il n’y a qu’un pas. Au-delà de cette donnée plutôt rance, le film de David Ayer (scénariste de TRAINING DAY et DARK BLUE, mais aussi réalisateur de FURY et THE TAX COLLECTOR) se présente comme une série B limitée mais solide, prévisible mais efficace. Le genre de film qui ne réinvente pas la roue, mais qui sait la faire tourner: scénario habilement manipulateur, mise en scène énergique, interprétation oscillant entre le premier et le second degré. Face à un Jason Statham plus monolithique que jamais, Jeremy Irons joue l'antagoniste vénéneux avec un panache, une ironie et un plaisir contagieux. Au final, THE BEEKEEPER est à l’image de son héros; un homme de peu de mots, qui exécute proprement le sale boulot. Ni plus, ni moins.

Texte : Georges Privet

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3