Go to main content
4

L'Étrangleur de Boston (Boston Strangler)

Lundi 17 Juin à 15:40 | Super ÉcranLundi 17 Juin à 10:30 | Super ÉcranMercredi 19 Juin à 12:45 | Super Écran 2Samedi 22 Juin à 18:10 | Super Écran 2Jeudi 20 Juin à 03:10 | Super Écran 3

É.-U. 2023. Drame policier de Matt Ruskin avec Keira Knightley, Carrie Coon, Chris Cooper. Dans les années 1960 à Boston, deux femmes journalistes défient les pratiques de l'époque et enquêtent sur un tueur en série qui multiplie les victimes féminines. Traitement plus dramatique qu’horrifique d’une histoire vraie. Dénonciation du sexisme et de la violence faite aux femmes. Scénario intéressant, mais exécution fade. Manque de souffle. Jeu sobre de K. Knightley.

4

L'Étrangleur de Boston (Boston Strangler)

É.-U. 2023. Drame policier de Matt Ruskin avec Keira Knightley, Carrie Coon, Chris Cooper.

Dans les années 1960 à Boston, deux femmes journalistes défient les pratiques de l'époque et enquêtent sur un tueur en série qui multiplie les victimes féminines. Traitement plus dramatique qu’horrifique d’une histoire vraie. Dénonciation du sexisme et de la violence faite aux femmes. Scénario intéressant, mais exécution fade. Manque de souffle. Jeu sobre de K. Knightley.

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Dans les années 1960 à Boston, sévit un tueur en série, surnommé “l’étrangleur de Boston” parce qu’il étrangle et viole ses victimes féminines dans leur appartement. À mesure que les meurtres se multiplient, Loretta McLaughlin – alors reléguée au cahier Art de vivre de son journal – tente d’établir des liens entre les différentes femmes assassinées, dont le profil semble changeant. D’abord réticent à lui laisser couvrir cette affaire, son patron la laisse enquêter sur l’identité du tueur, à condition qu’elle soit épaulée par une collègue plus expérimentée, Jean Cole.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Au lieu de se concentrer sur les meurtres et le point de vue du tueur, comme avait choisi de le faire Richard Fleischer dans THE BOSTON STRANGLER (1968), Matt Ruskin opte pour une démarche opposée, en mettant plutôt de l’avant une enquête journalistique au féminin. Se refusant à tout spectacle de la brutalité, le cinéaste préfère un traitement plus dramatique qu’horrifique de cette histoire vraie. Le changement de perspective cherche au contraire à dénoncer la violence faite aux femmes, à une époque marquée par le sexisme. Si le scénario est intéressant, dévoilant en filigrane la complexité d’une décennie troublée sur les plans sociaux et politiques, l’exécution se révèle plutôt fade, plombée par une esthétique impersonnelle, aux couleurs grisâtres, et un manque de souffle généralisé. Très impliquée, Keira Knightley (A DANGEROUS METHOD, ANNA KARENINA) déploie un jeu sobre et convaincant, en dépit d’un manque de chimie avec sa partenaire Carrie Coon (THE NEST).

Texte : Céline Gobert

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3