Go to main content
6

Les S4crifiés (Expendables 4)

Dimanche 23 Juin à 17:50 | Super Écran 3

É.-U. 2023. Aventures de Scott Waugh avec Jason Statham, Dolph Lundgren, 50 Cent. Des vétérans mercenaires doivent déjouer les plans d’un terroriste qui vient de dérober des armes nucléaires dans le but de provoquer une Troisième Guerre mondiale. Quatrième volet d’une série exsangue. Production fauchée. Scénario bâclé. Réalisation fonctionnelle. Distribution sur le pilote automatique. (sortie en salle: 22 septembre 2023)

13 ans + (violence, langage vulgaire)
6

Les S4crifiés (Expendables 4)

13 ans + (violence, langage vulgaire) 13 ans + (violence, langage vulgaire)

É.-U. 2023. Aventures de Scott Waugh avec Jason Statham, Dolph Lundgren, 50 Cent.

Des vétérans mercenaires doivent déjouer les plans d’un terroriste qui vient de dérober des armes nucléaires dans le but de provoquer une Troisième Guerre mondiale. Quatrième volet d’une série exsangue. Production fauchée. Scénario bâclé. Réalisation fonctionnelle. Distribution sur le pilote automatique. (sortie en salle: 22 septembre 2023)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Pays :
Distributeur :
Cineplex Pictures
Les Sacrifiés, un groupe de vétérans mercenaires, reprennent du service lorsque Marsh, un haut gradé de la C.I.A., les charge de retrouver la piste de Suarto Rahmat, un terroriste qui vient de s’emparer d’armes nucléaires en Libye. Objectif de ce dernier: déclencher une attaque d’origine inconnue, qui amènerait les États-Unis et la Russie à s’annihiler mutuellement. Mais les Sacrifiés ne sont plus ce qu’ils étaient. Leur patron, Barney Ross, se sent prêt à céder les rênes à son vieil ami, Lee Christmas, et à son équipe, plus jeune mais moins expérimentée. D’autant plus que Barney sent que son ennemi de toujours, le mystérieux Ocelot, rode dans les parages et voudrait bien avoir sa peau.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Après avoir égayé la retraite des stars du cinéma d’action des années 1980, la saga des Sacrifiés pave la voie à une nouvelle génération de gros bras. Malheureusement, ce quatrième volet est à court d’idées et à bout de souffle; la production est visiblement fauchée et le scénario, bâclé. La réalisation fonctionnelle de Scott Waugh s’efforce de masquer le recours systématique aux écrans verts et aux images de synthèse, tout en livrant les morceaux de bravoure attendus avec les moyens du bord. Les décors en papier mâché, les explosions purement numériques et les scènes d’action qui sentent le baume musculaire alourdissent le bilan. Dans un rôle réduit au strict minimum (moins du tiers du temps-écran), Sylvester Stallone garde les yeux ouverts, face à une distribution sur le pilote automatique, au sein de laquelle seul Jason Statham semble s’amuser un peu. Forcément, on l’envie.

Texte : Georges Privet

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3