Go to main content
3

Pacifiction

Esp. 2022. Drame de Albert Serra avec Benoît Magimel, Pahoa Mahagafanau, Matahi Pambrun. À Tahiti, le Haut-commissaire, qui administre l'île au nom du gouvernement français, sent un vent de révolte alors que se répandent des rumeurs de nouveaux essais nucléaires. Récit crépusculaire, assorti d'une dénonciation sardonique du colonialisme. Traitement contemplatif. Rythme engourdi, générant des longueurs. B. Magimel excellent, entouré de partenaires au jeu stylisé.

3

Pacifiction (Pacifiction)

Esp. 2022. Drame de Albert Serra avec Benoît Magimel, Pahoa Mahagafanau, Matahi Pambrun.

À Tahiti, le Haut-commissaire, qui administre l'île au nom du gouvernement français, sent un vent de révolte alors que se répandent des rumeurs de nouveaux essais nucléaires. Récit crépusculaire, assorti d'une dénonciation sardonique du colonialisme. Traitement contemplatif. Rythme engourdi, générant des longueurs. B. Magimel excellent, entouré de partenaires au jeu stylisé.

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Photographie :
Administrateur de Tahiti au nom du gouvernement français, le Haut-commissaire De Roller sent un vent de révolte, alors que se répandent, parmi les insulaires, des rumeurs de nouveaux essais nucléaires. De fait, un amiral et ses hommes font des séjours de plus en plus fréquents, passant beaucoup de temps dans un bar sexy, administré par un expatrié. Amoureux de Tahiti, et heureux auprès de la belle et énigmatique Shannah, dont il a fait son bras droit, De Roller sent pourtant que ses jours à la tête de l'île sont comptés.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Dans la veine de ses films précédents (LA MORT DE LOUIS XIV, LIBERTÉ), le cinéaste espagnol Albert Serra a réalisé sur un mode résolument contemplatif ce récit crépusculaire, assorti d'une dénonciation sardonique du colonialisme européen. Certes, il y a de nombreuses fulgurances visuelles dans PACIFICTION (délicieux titre aux sens multiples), mais le rythme engourdi, bien qu'en phase avec celui de la vie tahitienne, génère beaucoup de longueurs, et de moments de langueur, qui apparaissent souvent complaisants. Excellent, Benoit Magimel confère le nécessaire mélange de bienveillance et de condescendance à son protagoniste aux abois. Ses partenaires adoptent un jeu plus stylisé. (Texte rédigé en mai 2022, dans le cadre du Festival de Cannes)

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3