Go to main content
4

Eux (Men)

É.-U. 2022. Drame d'horreur de Alex Garland avec Jessie Buckley, Rory Kinnear, Paapa Essiedu. Une Londonienne, qui tente de se remettre d'un drame personnel, découvre que le petit village où elle est venue se réfugier est peuplé d'hommes inquiétants, qui se ressemblent étrangement. Fable pseudo-féministe inégale, plombée par un troisième acte grand-guignolesque. Réalisation maîtrisée, aux nombreux emprunts. J. Buckley fascinante. R. Kinnear caméléonesque. (sortie en salle: 20 mai 2022)

4

Eux (Men)

É.-U. 2022. Drame d'horreur de Alex Garland avec Jessie Buckley, Rory Kinnear, Paapa Essiedu.

Une Londonienne, qui tente de se remettre d'un drame personnel, découvre que le petit village où elle est venue se réfugier est peuplé d'hommes inquiétants, qui se ressemblent étrangement. Fable pseudo-féministe inégale, plombée par un troisième acte grand-guignolesque. Réalisation maîtrisée, aux nombreux emprunts. J. Buckley fascinante. R. Kinnear caméléonesque. (sortie en salle: 20 mai 2022)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Montage :
Pays :
Distributeur :
VVS Films
Harper quitte son appartement des bords de la Tamise, hantée par le suicide apparent de son compagnon. Cherchant à fuir ses souvenirs, la jeune Londonienne part se réfugier deux semaines dans un charmant village du Gloucestershire, où elle a loué une petite maison. Mais dès son arrivée, Harper découvre qu'elle est à peu près la seule femme, et que sa présence semble fasciner les hommes des environs – des hommes à l'allure inquiétante, et qui se ressemblent tous terriblement.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Au carrefour d'ANTICHRIST et THE BROOD, le troisième film d'Alex Garland (EX-MACHINA, ANNIHILATION) se présente comme une exploration anxiogène des relations hommes-femmes. Si la prémisse est originale, et les premières scènes, prometteuses, la fable pseudo-féministe s'enlise ensuite dans une structure répétitive – les rencontres de l'héroïne avec des hommes tous interprétés par le même acteur! – qui emprisonne le scénario dans un cycle prévisible, que l'auteur tente de briser avec un troisième acte grand-guignolesque. MEN reste néanmoins prenant, divertissant à défaut d’être subtil, et mis en scène avec une maîtrise qui fait mieux passer ses nombreux emprunts: les hyper-ralentis angoissants de Lars Von Trier, le "body horror" cher à David Cronenberg et un accouchement surréaliste qui évoque celui du GOZU de Takashi Miike. Jessie Buckley est fascinante dans un rôle ingrat, face à un Rory Kinnear caméléonesque, qui incarne avec brio neuf mâles plus toxiques les uns que les autres.

Texte : Georges Privet

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3