Go to main content
3

Maigret

Fr. 2022. Drame policier de Patrice Leconte avec Gérard Depardieu, Jade Labeste, Mélanie Bernier. Alors qu’il enquête sur la mort d’une jeune fille que personne ne semble avoir connue, un commissaire parisien croise une voleuse qui ressemble étrangement à la victime. Adaptation habile d'un roman de Georges Simenon. Récit pénétrant sur les zones d’ombres de l’âme humaine. Mise en scène admirablement maîtrisée. Images prenantes. G. Depardieu remarquable de retenue. (sortie en salle: 29 juillet 2022)

3

Maigret (Maigret)

Fr. 2022. Drame policier de Patrice Leconte avec Gérard Depardieu, Jade Labeste, Mélanie Bernier.

Alors qu’il enquête sur la mort d’une jeune fille que personne ne semble avoir connue, un commissaire parisien croise une voleuse qui ressemble étrangement à la victime. Adaptation habile d'un roman de Georges Simenon. Récit pénétrant sur les zones d’ombres de l’âme humaine. Mise en scène admirablement maîtrisée. Images prenantes. G. Depardieu remarquable de retenue. (sortie en salle: 29 juillet 2022)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Musique :
Montage :
Une jeune fille que personne ne semble connaître est retrouvée poignardée au square des Batignolles, à Paris. Fidèle à ses habitudes, le commissaire Maigret suit un ténu fil d’Ariane pour amorcer son enquête, s’imprégnant des lieux, rencontrant de vagues témoins potentiels et progressant par instinct plus que par déduction. Au fil de son investigation, il découvre que la jeune fille a été vue pour la dernière fois lors d’une fête donnée par une riche famille parisienne, dont les membres s’avèrent très peu loquaces. Maigret croise aussi, par hasard, une voleuse à la tire fraîchement débarquée de sa province, et qui ressemble étrangement à la victime. D’abord craintive et rétive, la demoiselle deviendra une alliée du commissaire, apparemment plus intéressé à savoir qui était la défunte qu’à résoudre l’énigme de sa mort.

L’AVIS DE MEDIAFILM

La dernière apparition de Maigret dans le cinéma français remonte à près de 60 ans, alors qu'il empruntait les traits de Jean Gabin. Lourd héritage, que Depardieu endosse superbement, silhouette massive et fantomatique, crevant l’écran avec une remarquable retenue. Patrice Leconte (MONSIEUR HIRE) se met entièrement au service de l’histoire et de sa vedette, filmée souvent de dos et dans la pénombre. Même constat pour les images d’Yves Angelo, crépusculaires et prenantes. Évocateur d’un VERTIGO parigot, le scénario à quatre mains (Jérôme Tonnerre et Leconte), tiré du roman de Simenon "Maigret et la jeune morte", louvoie habilement entre les zones d’ombres de l’âme humaine et la mécanique de l'enquête policière. Avec ses teintes à la Duvivier et Carné, la mise en scène est admirablement maîtrisée, sans jamais se donner en spectacle. Seule fausse note : un passage du dénouement, quand les jeunes mariés entonnent une chanson à la mode, qui tranche avec le ton mélancolique de l'ensemble. Ce n’est vraiment pas suffisant pour affadir ce film pénétrant, qui prouve, une fois de plus, que Leconte est un cinéaste qui compte.

Texte : Éric Fourlanty

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3