Go to main content
4

L'Origine du mal

Qué. 2022. Thriller de Sébastien Marnier avec Laure Calamy, Jacques Weber, Dominique Blanc. Dans une villa en bord de mer, une modeste ouvrière renoue avec son richissime père biologique, diminué par la maladie et malmené par les autres membres de sa famille. Jeu de massacre assez jouissif, actionné par un féminisme vengeur. Récit parfois invraisemblable, aux coups de théâtre prévisibles. Réalisation stylisée et voyante. L. Calamy excellente. (sortie en salle: 13 janvier 2023)

Général
4

L'Origine du mal (L'Origine du mal)

Général Général

Qué. 2022. Thriller de Sébastien Marnier avec Laure Calamy, Jacques Weber, Dominique Blanc.

Dans une villa en bord de mer, une modeste ouvrière renoue avec son richissime père biologique, diminué par la maladie et malmené par les autres membres de sa famille. Jeu de massacre assez jouissif, actionné par un féminisme vengeur. Récit parfois invraisemblable, aux coups de théâtre prévisibles. Réalisation stylisée et voyante. L. Calamy excellente. (sortie en salle: 13 janvier 2023)

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Stéphane, une modeste ouvrière, prend contact avec celui que sa défunte mère a toujours désigné comme son père biologique: le richissime homme d'affaires Serge Dumontet. Invitée par ce dernier dans sa luxueuse villa en bord de mer, Stéphane est fraîchement accueillie par l'épouse de son hôte, dépensière et hautaine, sa fille légitime, une arriviste sans scrupule, et la domestique, méfiante et fourbe. Il apparaît vite évident à l'intruse que ces trois femmes malmènent le vieillissant Serge, diminué par la maladie. Ce qui n'empêche pas celui-ci d'imposer à la maisonnée la présence de sa fille retrouvée, quand elle doit libérer l'appartement qu'elle habitait en ville. Le patriarche a, en outre, besoin de l'appui de Stéphane pour empêcher sa famille de le déclarer juridiquement inapte à gérer ses affaires et son patrimoine.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Enhardi par l'accueil critique de L'HEURE DE LA SORTIE, Sébastien Marnier se risque avec aplomb dans le territoire balisé du thriller chabrolien (bourgeoisie de province frelatée, faux-semblants, ambiances hitchcockiennes), avec un résultat assez jouissif, mais pas totalement concluant. Actionné par un féminisme vengeur - le seul protagoniste masculin est misogyne et violent - , son jeu de massacre apparaît parfois invraisemblable, alors que ses nombreux coups de théâtre ne sont pas trop difficiles à voir venir. Stylisée, la mise en scène emprunte autant au Ozon de 8 FEMMES qu'à Brian De Palma, avec son prologue vaporeux dans un vestiaire féminin et son emploi intrigant, mais pas toujours pertinent, de l'écran divisé. Dans une partition complexe, faussement candide, Laure Calamy (ANTOINETTE DANS LES CÉVENNES) excelle, face à un Jacques Weber savoureux en tyran abject frustré par sa nouvelle impuissance. Suzanne Clément impressionne également dans un rôle très physique, mais Dominique Blanc peine à transcender le caractère caricatural de son personnage d'épouse vénale. À noter que cette dernière apparaissait également dans PLAISIR D'AMOUR de Nelly Kaplan, une autre fable féministe mordante. (Texte rédigé en novembre 2022, dans le cadre du festival Cinémania)

Texte : Louis-Paul Rioux

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3