Go to main content
4

Dead for A Dollar

É.-U. 2022. Western de Walter Hill avec Christoph Waltz, Willem Dafoe, Rachel Brosnahan. Un célèbre chasseur de primes, chargé de retrouver une institutrice kidnappée par un déserteur, croise le chemin de son ennemi juré, un hors-la-loi qu'il avait envoyé en prison. Western mi-classique, mi-révisionniste. Récit surchargé et distendu. Réalisation inégale, parfois jouissive. Direction-photo quelconque. W. Dafoe joyeusement excentrique.

4

Dead for A Dollar (Dead for A Dollar)

É.-U. 2022. Western de Walter Hill avec Christoph Waltz, Willem Dafoe, Rachel Brosnahan.

Un célèbre chasseur de primes, chargé de retrouver une institutrice kidnappée par un déserteur, croise le chemin de son ennemi juré, un hors-la-loi qu'il avait envoyé en prison. Western mi-classique, mi-révisionniste. Récit surchargé et distendu. Réalisation inégale, parfois jouissive. Direction-photo quelconque. W. Dafoe joyeusement excentrique.

Genre :
Année :
Durée :
Réalisation :
Scénario :
Photographie :
Montage :
Au Nouveau-Mexique, en 1897, Max Borlund, un célèbre chasseur de primes, est chargé par un homme d'affaires de Santa Fe de retrouver son épouse, une institutrice progressiste, apparemment kidnappée par un déserteur afro-américain. Max retrouve rapidement les fugitifs, désormais amants, qui se cachent dans le désert pour échapper au mari. Mais le chasseur de primes retrouve également son ennemi juré, Joe Cribbens, un hors-la-loi qu'il avait jadis envoyé en prison. Max devra alors choisir entre affronter les hommes de mains de Joe, ramener l'épouse infidèle à son époux ou aider cette dernière à lui échapper.

L’AVIS DE MEDIAFILM

Walter Hill a déjà dit que tous ses films, de HARD TIMES à BULLET TO THE HEAD, sont plus ou moins des westerns. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que le réalisateur de WILD BILL signe, à 80 ans, un film-somme qui semble mêler hommage et pastiche. Dédié à Budd Boetticher, ce curieux western tente d'embrasser toute l'histoire du genre, de Ford à Tarantino, en passant par Leone. Mi-classique, mi-révisionniste, le scénario – à la fois surchargé et distendu – multiplie les références et les digressions, à la manière d'un “hangout film” comme CLERKS ou DAZED AND CONFUSED. Une approche d'autant plus originale qu'elle donne au film un rythme flegmatique, presque paresseux. La pauvreté des moyens, qui se reflète dans une direction-photo quelconque, met en évidence l'excentricité du film, amplifiée par le jeu de certains acteurs, en particulier Willem Dafoe, qui s'amuse comme un fou. Inégal, parfois jouissif et souvent étonnant, DEAD FOR A DOLLAR témoigne de la capacité de son auteur à pouvoir encore nous divertir et nous surprendre.

Texte : Georges Privet

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!
Mediafilm Mediafilm Mediafilm Mediafilm

CONTACTEZ-NOUS

1340, boulevard St-Joseph Est, Montréal
Québec (Canada) H2J 1M3